Death Bells sonne le glas de la douceur printanière

Death Bells - Between Here & EverywhereMalgré les coups de butoir de la sécheresse qui provoquent déjà les premiers incendies estivaux, il n’est pas encore l’heure que la gothosphere s’embrase. Il faudra même encore se montrer patient, mais Death Bells annonce bien son retour pour le cœur de l’été. Les Australiens, très vite catapultés parmi les têtes d’affiches du renouveau de la scène actuelle post-punk / cold-wave, délivreront en effet leur troisième album, baptisé Between Here & Everywhere (DAIS Records) le 29 juillet 2022.

Le groupe désormais basé en Californie a puisé son inspiration dans des zones troubles de l’Amérique, comme en témoigne la vidéo à la mise en scène léchée dans des paysages grandioses écrasés de soleil qui accompagne Lifespring.

Encore une fois, Death Bells excelle dans cet entre-deux rythmique qui confèrent à leurs compositions leur vertu hypnotique, dégageant une rage profonde mais ne cédant jamais à l’emballement. Oui, il faut bien le reconnaitre, c’est de la musique de peine à jouir, pour ceux qui préfèrent les prémices en langueur à la fugacité de l’explosion jouissive. Et quand bien même l’autre single déjà écoutable se baptise Hysteria, leur mélodie est là encore renfrognée, tout en clair-obscur (comme le clip).

Sur le plan de la comptabilité analytique, si on sait que ce nouvel album comprendra 9 chansons pour 35 minutes seulement, on ne sait pas encore en revanche si le tracklist final comprendra les morceaux lâchés depuis la parution de New Signs Of Life (2020), comme Passerby et Intruder. Alors, on en profite pour remettre les liens qui vont bien ci-dessous…

close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Ecrit par
More from Denis
A tire-d’aile avec Wings of Desire
Il faut convenir d’une chose : il n’y a strictement rien de rationnel...
Lire la suite
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.