Fly Pan Am / Frontera [Constellation]

9 Note de l'auteur
9

Fly Pan Am - FronteraEn musique, comme partout ailleurs, il y a cette vilaine tendance à créer puis détruire les mouvements au prétexte qu’ils ne seraient plus à la mode, que tout le monde s’en serait lassé et autre affabulations péremptoires. C’est oublier à chaque fois que la plupart de ces mouvements sont souvent constitués de bases solides, de coureurs de fond et, comme leur nom l’indique, ne peinent pas à vivre, évoluer, faire bouger les lignes, s’octroyer des pauses pour laisser la place à d’autres et mieux se réinventer. Si l’appellation Post-Rock a dès le départ été pour le moins sujette à caution, son postulat de base avait pourtant le mérite d’être assez clair en ouvrant la voie à une déstructuration des codes établis, laissant libre cours aux hybridations les plus folles par des artistes tout sauf confinés dans leurs certitudes. Si les montréalais du label Constellation n’ont pas complétement fait partie des tous premiers pionniers du genre, la sortie en 1997 de l’un de ses monuments incontestables qu’est F A, le premier album de Godspeed You! Black Emperor en a fait l’un des piliers qui continue de secouer cette galaxie passionnante à travers un catalogue qui n’a de conformiste que l’idée qu’il ne faut absolument pas l’être.

Fly Pan Am fait partie de ces groupes qui, depuis la fin du siècle dernier, ont su donner le change et montrer que derrière l’arbre grandiose, majestueux, se cache une forêt particulièrement dense et prolifique. En trois albums et demi et des concerts époustouflants, ils ont exploré les recoins de cette hybridation sans limite où s’entremêlent des inspirations krautrock, pop, noisy, bruitistes voire carrément industrielles. Le long hiatus décrété après leur troisième album, N’Ecoutez Pas en 2004, a permis l’éclosion de tout un tas d’un autres projets marginaux et innovants tels que Pas Chic Chic, Panopticon Eyelids ou l’absolument passionnant Avec Le Soleil Sortant De Sa Bouche mené par Eric Gingras et Jean-Sébastien Truchy, auteurs de deux albums comptant parmi les plus grosses claques musicales de la seconde moitié des années 2010. C’est ça, l’exigeant album du retour de Fly Pan Am en 2019 à peine digéré, voilà le quatuor reparti dans une autre aventure complétement hybride, Frontera.

Créée par la chorégraphe et artiste protéiforme Dana Gingras (qui avait déjà travaillé avec GY!BE pour sa pièce Monumental en 2005 mais aussi avec Warren Ellis, Tindersticks ou Arcade Fire) pour sa compagnie Animals Of Distinction, mis en scène par le collectif britannique UVA (pour United Visual Artists), Frontera est une œuvre socialement engagée qui interroge la notion de frontières et les jeux de pouvoir en explorant leur impact sur les corps dans une scénographie physique et survoltée qui exalte une gestuelle intrépide, inextricablement liée à la lumière et la musique. A bien y réfléchir, qui d’autre que Fly Pan Am pour incarner cette bande originale d’une pièce de danse contemporaine, œuvre artistique totale d’une grande cohérence?

La musique des montréalais a toujours promu cette approche à la fois physique et intellectuelle où à la puissance de feu d’une rythmique implacable, quasi indus, répondent des textures soniques complexes, électriques et électroniques, où à l’instinct primaire qu’incarne le cri (Parkour) répond le drone ambiant et fantomatique de Body Pressure. Divisé en deux parties de 3 et 5 pièces qui s’enchainent sans temps morts, Frontera est une œuvre viscérale qui frappe dès la première écoute et s’impose probablement comme le travail le plus abouti du groupe à ce jour. Fly Pan Am y réussit le tour de force de créer un lien indissociable avec la partie visuelle et vivante, évidemment absente du disque si ce n’est sur le très bel artwork qui met autant que possible en valeur une scénographie forcément mouvante, tout en créant une œuvre musicale qui n’a aucune peine à se suffire à elle-même. Si le groupe y développe son habituelle créativité empreinte de puissance mais aussi d’une certaine aisance mélodique dont il ne se dépareille jamais et qui a toujours contribué à rendre son travail intéressant, il parvient à reproduire tout au long du disque une sorte d’image mentale immédiatement perceptible qui renvoie au travail sur les lumières et sur les corps. Sans jamais avoir assisté au spectacle, on imagine alors sans peine ces faisceaux lumineux, ces effets stroboscopiques desquels se jouent les danseurs.

Entrée en matière époustouflante, Grid/Wall pose les bases à la fois de la pièce et de l’album avec ce style si caractéristique qui constitue véritablement l’adn de Fly Pan Am, avec sa montée en puissance sur une structure complexe, passionnante à décrypter mais irrésistible à danser. Une approche personnelle mais qui ne renie pas certaines influences au premier rang desquelles Seefeel tient une place de choix pour la façon dont ils ont toujours su manier cette claire-obscurité. Plus loin, Scanner et Scalling sont deux jumelles électroniques inquiétantes, presque angoissantes qui nous plongent dans un itinéraire migratoire que l’on sait semé d’embuche, de dangers et de mort, quand la technologie asservit la cause humaine et finit par lutter contre elle pour l’absorber au nom de nos peurs les plus basses. Ainsi va Frontera, entre espoir de rejoindre une vie meilleure et désillusion de s’embrocher sur les barbelés qui bordent nos pré-carrés. Ainsi va Fly Pan Am, groupe majeur jouant discrètement sa partition en fond de scène, et ce depuis des années, sans jamais rien céder à aucune facilité et qui trace une route aventureuse, originale et sans concessions à travers d’autres frontières, celles de la musique.

Frontera by Fly Pan Am

Tracklist
Part 1
01. Grid/Wall
02. Parkour
03. Scanner

Part 2
04. Scaling
05. Parkour 2
06. Body Pressure
07. Fences
08. Frontier

Liens
close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Mots-clés de cet article
, ,
Ecrit par
Plus d'articles de Olivier
Yann Tiersen / Kerber
[Mute]
On aurait pu vous parler de Kerber dès sa sortie, fin août....
Lire la suite
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *