[Vidéo] – Machine arrière toute pour M83 chez KEXP

M83 chez KEXP
On a déjà évoqué à plusieurs reprises ici les sessions de la radio de Seattle KEXP devenues aujourd’hui le rendez-vous incontournable des musiciens venus de tous les coins de la planète ou à la rencontre desquels la radio va comme en Argentine ou aux Transmusicales de Rennes. Nul ne peut prédire si elles détrôneront un jour dans nos cœurs celles de John Peel ou nos antiques Black Sessions (ça n’est sans doute pas gagné non plus) mais en tout cas, à l’heure d’un You Tube tout puissant, le soin particulier avec lequel ces sessions sont sonorisées et filmées, au plus prés des artistes et de leur équipement, un délice pour les fans de jeu, de technologie et d’instruments en fait d’ores et déjà la nouvelle référence incontestable du XXIème siècle en la matière. Dernier exemple en date, la radio vient de mettre en ligne ces derniers jours une session de 7 titres enregistrés en octobre 2023 par Anthony Gonzalez et ses acolytes de M83.

On a pas mal de choses à régler avec M83, notamment un Junk (2016) incompréhensible suivi d’un DSVII (2019) tout simplement insupportable qui faisaient suite à l’immense succès planétaire de l’épique Hurry Up, We’re Dreaming en 2011. Si Fantasy l’an passé s’est un peu chargé de rectifier le tir, prônant ouvertement un retour aux sources d’un Before the Dawn Heals Us (2005), on ne peut pas dire qu’il y soit toutefois totalement parvenu.

La session radio, réalisée en groupe complet version scénique, une véritable armada sonique, offre un joli panorama raccourci des dilemmes qui semblent traverser à ce jour l’œuvre de l’antibois. D’un côté, promo oblige, 4 titres issus de Fantasy : l’intro de la réconciliation Water Deep, le single accrocheur Ocean Niagara et l’autre hit en puissance de l’album, Amnesia, tous deux non dénués de défauts mais finalement quand même assez irrésistibles et enfin l’inconsistant Earth To Sea seulement sauvé par une accroche finale plutôt intéressante. De l’autre, et c’est là la véritable surprise de cette session (et de la tournée qui suivit la sortie de l’album), M83 est allé piocher dans son back catalogue, un peu pour se réconcilier avec lui-même mais aussi avec ses plus anciens fans complétement déboussolés par la tournure FM des évènements. Tous trois extraits de l’impeccable Dead Cities, Red Seas & Lost Ghosts sorti en 2003 sur l’excellent label parisien Gooom, Run Into Flowers, Gone et Noise renvoient aux compositions originelles d’un groupe naviguant alors entre électronica et post-rock et prennent, 20 ans plus tard, avec ces atours noisy et épiques une puissance émotionnelle particulièrement agréable. Preuve sans doute de la sincérité de la démarche (arrière) consistant à renouer avec ses racines musicales même si M83 restera à jamais marqué du sceau d’un Midnight City trop encombrant.

Photo d’illustration : capture d’écran YouTube

 

Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Mots clés de l'article
, , , ,
Ecrit par
More from Olivier
Fragments / Amasia
[Pyramids Records]
Ça n’est pas une nouveauté, la Bretagne regorge de traditions ancestrales mais...
Lire la suite
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *