FORM appuie sur la détente avec Trigger, son nouveau clip

Form - TriggerAuteurs d’un beau premier EP, Underwater, il y a un peu plus d’un an maintenant, les Valdoisiens de FORM sont de retour avec un nouveau clip coup de poing très esthétique et soigné qui contraste quelque peu (mais c’est fait exprès) avec la délicatesse de leurs arrangements et de leur soul atmosphérique. FORM, c’est un mélange pas si fréquent en France (voire carrément original) de pop, d’electro et surtout de soul qui rappelle pas mal James Blake (pour le chant soyeux et le raffinement) et Fink (pour l’électro incisive et la sophistication).

Références qu’on fréquente assez peu ici mais qui, retraitées par ces 3 (?) musiciens…. barbus, donnent un résultat à l’image de ce joli Trigger qui fonctionne comme par miracle et dégage une séduction vénéneuse à la fois contemporaine et classique. Trigger s’intéresse à ces épiphanies dont sont fans les philosophes qui voient sur une seconde les destinées des hommes (et femmes) se retourner sur elles-mêmes comme on retourne… une chaussette ou comme on appuie sur la détente ou l’interrupteur. Trigger désigne évidemment ce « momentum » où la vie bascule et où l’homme engage un tournant décisif pour lui-même et son environnement en y engageant ses valeurs ou son éthique. Le chant est agréable et d’une belle lisibilité, très précis et séduisant au possible. Il se conjugue parfaitement à une musique équilibrée et attentive. On sent chez FORM une grande méticulosité dans la préparation qui égale la qualité des productions américaines. L’utilisation des ruptures de ton et des choeurs est subtile et parfaitement contrôlée tandis que l’organisation des séquences chantées et des ponts mélodiques est assez remarquable. On peut ne pas aimer ce genre de musique et reconnaître ici un travail bien fait qui devrait s’incarner dans les autres morceaux du nouvel EP annoncé par ce single, baptisé C.W.T.

Le clip de Trigger  réalisé par Yanis et Mehdi Hamnane contribue à imposer la force du morceau, en mettant en scène deux séquences troublantes, l’accent étant mis ici sur la théâtralité et la dramaturgie, par l’utilisation de mouvements de danse contemporaine. La violence est rejetée hors champ dans les deux cas mais représentée par ses conséquences, tandis que la libération des individus les conduit à danser comme des pantins en apesanteur. La résonance avec l’actualité des violences policières est évidemment tout à fait bienvenue et donne à la chanson un sens de l’actualité remarquable. Le sentiment d’irréalité attaché à la chorégraphie est total et contraste évidemment avec le réalisme des premiers instants. L’ensemble est aussi dérangeant que séduisant, confirmant le talent du jeune groupe et de ceux qui les mettent en valeur. FORM se produira le 25 octobre à la Maroquinerie à Paris, avant un concert de lancement pour son EP en décembre (le 10) au Point Ephémère.

Mots-clés de cet article
, , ,
Ecrits aussi par Benjamin Berton

Hell is Round The Corner : la vie de Tricky n’est pas commune…

Écrite dans une phase de reconstruction qui le voyait, flanqué d’un nouveau...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *