Fuzati voyage avec Le Motel jusqu’à Baltimore

Fuzati & Le Motel - BaltimoreLe disque sortira le 28 avril et s’écoutera comme on voyage en avion, la tête dans les nuages et l’esprit ailleurs. C’est l’idée de cette collaboration entre le producteur belge Fabien Leclercq aka Le Motel et Fuzati du Klub des Loosers : tromper l’époque et chercher du réconfort dans l’expression d’une certaine mélancolie. La relation entre les deux hommes s’est concrétisée entre 2020 et 2022 autour des périodes de confinement et de restrictions de mouvement que l’Europe a connu.

Fuzati a sollicité le producteur belge, considéré comme l’homme derrière le son de Roméo Elvis et d’une bonne partie de la nouvelle scène hip-hop belge, en avril 2020. Les deux hommes s’étaient croisés pour la première fois deux ans avant lors d’un concert du Klub à Bruxelles. Le Motel a répondu en envoyant une trentaine de productions à son interlocuteur et c’est ainsi qu’est né Baltimore. Après quelques aller-retour, le projet se stabilise autour d’une petite dizaine de titres et n’est repris qu’un an plus tard, compte tenu de l’actualité des deux hommes, qui le mènent au bout début 2022 en se retrouvant pour quelques jours en studio en Bruxelles. Baltimore s’organise autour du concept de voyage, qui se fait, se refuse, reste en mémoire ou se défile. Voyage réel, fantasmé, intérieur ou pour les vacances, émane de ces variations un sentiment de distance et de transhumance forcée dans le temps et l’espace.

Le premier extrait, Tout ça, est magnifique, porté par le charme triste et sourd de l’électro très house de Chicago du Motel. La piste est parfaitement accordé au chant en dedans, morne et désolé de Fuzati, conférant à l’ensemble un charme abstrait et distant qui crée une atmosphère fantomatique et irréelle autour du morceau.  Le clip d’une simplicité remarquable ajoute au sentiment de ne pas savoir si on part, si on meurt ou si on arrive.

Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

More from Benjamin Berton
Day One entre tradition et modernité, la playlist grand écart
A la fin des années 90, la musique de Day One (lire...
Lire la suite
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *