Comment ne pas craquer pour Dog Park ?

Dog Park

On voit bien ce qu’on aime chez Dog Park : les guitares, les voix, les visages de filles et la douce mélancolie qui se dégage des morceaux et nous rappelle l’époque où on rêvait avec les Sundays d’épouser Harriet Wheeler. Le plan ne s’est pas tout à fait déroulé comme on avait prévu mais on aura gardé, jusqu’à aujourd’hui, cette incapacité à résister à la pop acidulée, splendide et un peu  triste que produisent aujourd’hui les jeunes Parisiennes (le groupe est en réalité aussi international que français avec notamment la fascinante artiste brésilienne Isabella Green Catani et l’Américaine Erica Ashleson).

Dog Park s’était déjà signalé il y a quelques mois avec un premier morceau Sunny Decadence, taillé comme un morceau de chez Sarah Records. Le son des années 1986-1991 y résonnait gentiment à nos oreilles enamourées. L’idylle se prolonge avec leur nouveau single, Rewind, qui est tout aussi parfait. Le groupe est composé, si l’on en croit la vidéo, de quatre personnes dont un type. Qui fait quoi entre Jean Duffour, Erica Ashleson, Isabella G. Catani et Sarah Pitet n’est pas si important tant que cela sonne aussi bien que ça. Erica Ashleson est également tête d’affiche chez les Special Friend dont on parlait il y a peu.

On ne sait pas si, s’agissant de Dog Park, un album est en route mais cette jangle pop venue réveiller un lointain passé est suffisamment irrésistible pour qu’on s’y attarde un peu.

Artwork : Isabella G Catani.

Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

More from Benjamin Berton
D.Lights : Détroit, centre du monde
Symbole d’une Amérique jadis prospère et aujourd’hui ruinée par la crise, la...
Lire la suite
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *