Girls, girls, girls ! Le tube de l’été fémininiste et indé est signé Rubin Steiner

Rubin Steiner - Say hello to the dawn of paradoxL’été 2019 sera féminin ou il ne sera pas, parce que la Coupe du Monde de Foot bat son plein, parce que la femme est le plus beau cadeau qui ait été fait au monde et parce que l’été appartient définitivement à celles qui se lèvent tôt et se couchent tard (seules ou accompagnées).

Rubin Steiner, l’esthète électronique, a tout compris et sort pour le solstice d’été et la nouvelle lune un single de l’été imparable, tiré de son album à venir un peu plus tard cette année (Say Hello to The Dawn of Paradox), qui s’intitule simplement Girls. Les siennes ne sont pas des girls girls girls poitrinées au sortir de la piscine, ni même spécialement des filles qui veulent avoir du fun, ce sont toutes les filles musiciennes qui ont émaillé lascivement, violemment, énergiquement nos vies fabuleuses d’amateurs de musique. Filles pop, filles punk, filles soul ou filles rock. Quelques dizaines de groupes « de filles » et chanteuses sont cités ici et animent un motif électronique savant qui non seulement nous donne envie de danser mais éveille en nous la nostalgie immédiate des groupes et des chansons référencées.

On ne se demandera pas pourquoi il en manque certaines (bah oui), ni même pourquoi à l’écoute et à la réécoute on a le sentiment désagréable que nos héros/chanteurs favoris sont presque tous des hommes et qu’ici aussi (sur ce site, dans la presse), de manière erronée et injuste, les femmes occupent une sorte de second plan. Le rock indé qu’on croyait libéré et un modèle d’égalité n’échappe pas à la règle. La domination s’y joue comme partout ailleurs, de telle sorte que les rockeurs à poils longs ont inconsciemment pris les rênes de l’évolution. Rubin Steiner rétablit l’espace de quelques minutes un équilibre des forces que la raison impose : oui Young Marble Giants, oui Tom Tom Club, oui Gloria Gaynor et les Slits. La femme vaut bien l’homme en musique comme en toute chose.

Girls mériterait, cet été, d’être dansé et chanté dans tous les campings de France et de Navarre pendant les concours de slips&tee-shirts mouillés.

Ecrits aussi par Benjamin Berton

Neil Young With Crazy Horse / Colorado
[Reprise Records / Warner Music]

« If i’d tell you what i see, you might not believe me....
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *