Stick défie Sauron avec son rap saumoné sur Black Metal

 

Stick - Black MetalQuelques esprits chagrins nous avaient fait remarquer, alors qu’on relayait les premiers morceaux du nouvel album de Stick, La Mort me va si bien, que le rappeur toulousain s’était un peu assagi et avait atténué sur les morceaux Le Rap Français et Léviathan la violence naturelle et l’agressivité de ses punchlines au profit d’un rap plus introspectif, contemplatif et… poétique. La faute sans doute à un clip aux apparences léchées et baladeuses que le boss du Crazy Mother Fucker avait du reste astucieusement dédoublé (utilisant rigoureusement les mêmes images pour les deux morceaux) sans que grand monde se rende compte de la supercherie. Rap français était un single plus triste et auto-dépréciateur qu’un morceau rentre dedans, Léviathan une autre pièce mid-tempo qui pouvait troubler les fans amateurs de « sale » et de grosses saloperies, lâchées le sourire aux lèvres.

Ces grincheux seront ravis par la sortie d’un Black Metal qui, avec son clip à contre-emploi (semble-t-il bâti sur des images libres de droit et détournées de leur usage), multiplie les outrances et les punchlines à ne pas mettre entre toutes les oreilles. Stick est d’humeur joueuse et décide, sur ce morceau, de n’épargner personne. C’est dégueu, crade et ça fait mal. Lancé sur une dédicace d’anthologie aux outsiders («  »son » petit cousin pédé, les noirs avec une petite bite et qui savent pas danser, les feujs aux RSA, les fils de flics qui hésitent à se suicider sur un de (ses) sons »), Stick livre un morceau transgressif aux contours incertains en jubilant de se montrer si extrême. Le contenu social est sous-jacent mais ce sont évidemment les images sexuelles qui l’emportent. Notre mère et notre webmaster nous interdisent de reproduire ici la plupart des horreurs qu’on trouve sur le single mais on a du mal à ne pas retranscrire l’image-choc qui surgit à mi-morceau et qu’on se retrouve bêtement à répéter sur un débit mitraillette comme si on allait y dégotter une vérité.

Lave toi un peu, il y a une odeur de saumon. Ta chatte en feu ressemble à l’œil de Sauron

Rien de tel pour éclipser les saillies provocs qui émaillent la chanson. Avoir ce refrain en tête et le reprendre, content de vous, en présence de votre copine ou de vos parents ne vous rendra pas sympathique. On vous le déconseille vivement. Stick est un rappeur inamical. On peut se tromper sur son compte parfois au détour d’un titre mais il y a assez peu de chances pour qu’on échappe à un retour de flamme. Ce gars est un barbare, un chien de sa race et l’un des désherbants les plus puissants du marché. C’est ce qui distingue le bon bouillon de la soupe. Il réchauffe le membre et ne passera jamais à la radio. Black Métal.

Lire aussi :
Stick : Entretien avec un rappeur (partie 1)
Stick : Entretien avec un rappeur (Partie 2)
Stick / Glossolalie [CMF Records]

close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

More from Benjamin Berton
Teleman : Et si 2016 était une année pop (2)
Il faudra attendre avril 2016 pour écouter le deuxième album de Teleman...
Lire la suite
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.