Roulette Memory #11 : Le Legendary Stardust Cowboy, le King Hillbilly

The Legendary Stardust CowboyEn voilà une bonne pioche ! L’anthologie en deux CDs sortie il y a un peu moins de dix ans chez Cherry Red Records, du Legendary Stardust Cowboy fait sans conteste partie des joyaux cachés de ma discothèque. Sous-titrée For Sarah, Raquel and David, la compil renvoie aux obsessions de ce cowboy imaginaire, The Ledge, fou chantant qui fut l’un des modèles d’un soir de David Bowie qui reprit sur Heathen l’un de ses meilleurs morceaux, I Took A Trip (In A Gemini Spaceship). Bowie avait croisé The Ledge au début des années 70 et lui avait fauché quelques éléments pour inventer son Ziggy Stardust. The Ledge était alors (ce qu’il est resté) un musicien dingo et autodidacte, obsédé par Raquel Welch, les extraterrestres et une forme de folk psychédélique, ponctué de hurlements et de séquences de guitares et de banjos complètement improbables.

L’anthologie Cherry Red démarre avec des pièces (les meilleures) qui naissent en 1968 et court jusqu’au derniers travaux du bonhomme (qui est aujourd’hui septuagénaire). Pas la peine de faire de longs discours avec The Ledge : il faut juste passer le disque et se laisser déboucher les oreilles au son de Paralyzed (une tuerie) ou My Underwear Froze To The Washing Line. Ce gars là a inventé le courant DIY, le lo-fi, le punk garage, le psychédélisme sans drogue, sans avoir la moindre idée de ce qui se passait. C’est un sauvage des montagnes, un illuminé et une légende américaine. Un pauvre type que certaines vedettes ont trimballé pour faire bien et qui n’a jamais gagné un kopeck. Son premier disque a été financé par des représentants en aspirateur qui l’avaient entendu jouer sur le capot de sa bagnole, ce qui donne une assez bonne idée de sa vie. The Ledge détient le record du nombre de chansons enregistrées en une seule journée de studio avec le chiffre démentiel de 52 morceaux. C’est un monstre de … perfectionnisme foutraque et de talent qui boit aujourd’hui de la Red Bull et dort avec un chapeau sur la tête.

La musique de ce mec n’a pas encore été testée pour traiter les cas légers d’infection au coronavirus mais il est possible que ça donne des résultats étonnants.

Ecrits aussi par Benjamin Berton

FEWS : un vaccin sonique au cœur de l’épidémie

Photo, courtesy of the band – copyright Caroline Landahl Quelques jours après...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *