Les Pet Shop Boys sont des gilets jaunes

Pet Shop Boys - AgendaAbsents depuis le très bon Super (en 2016), Chris et Neil reviennent aujourd’hui avec un EP particulièrement destroy, anar, rigolard mais flippé. Agenda se compose de quatre nouveaux titres, qui ne figureront pas sur l’album auquel travaillent actuellement les Pet Shop avec le fidèle Stuart Price. Quatre titres qui dézinguent, avec science de l’ironie, la bêtise actuelle, l’individualisme égoïste, la connerie humaine. En grande forme, Neil Tennant fait l’éloge de la stupidité (surtout lorsqu’un peuple l’érige au pouvoir), il se fout de la gueule des réseaux sociaux et de la recherche du like, il crache sur la haute bourgeoisie (« qu’allons-nous faire des riches ? »)… Plus complexe, le titre The Forgotten Child pourrait renvoyer à la terrible condition des migrants, mais, loin du discours social, Neil préfère pointer du doigt l’aveuglement d’une époque autarcique, dorénavant peu soucieuse de la vie et de la mort d’un enfant.

Neil n’avait pas été aussi acerbe depuis longtemps. L’époque l’inspire. Se souvenir que déjà, lors de la présidence de Bush Jr, les PSB, grand groupe aussi politique qu’intime, dégainaient un royal « I’m with Stupid » afin de fustiger les vendettas de W. Le thème de la bêtise revient à l’honneur sur Agenda, mais la violence contemporaine oblige les Pet Shop à moins en rire, à en faire une nouvelle valeur morale. Par dépit. Avec une acceptation qui admet la colère, des textes plus hardcore. Et face à la bêtise, quoi de mieux que l’ironie insurrectionnelle ?

Musicalement, Agenda se situe dans une pure tradition PSB. On pense à Domino Dancing ou à Suburbia. Et justement : pourquoi Chris et Neil se renouvelleraient-ils, pourquoi chercheraient-ils à cocufier une sonorité électro-pop dont-ils sont les précurseurs (avec Kraftwerk et New Order) et toujours les meilleurs représentants ? En 2019, bien au-dessus des revivals synth-wave, les Pet Shop Boys conservent leur jouissive position de « Smiths avec des machines ».

On social media

What are we going to do about the rich?

The forgotten child

Mots-clés de cet article
,
Ecrits aussi par Jean Thooris

Disintegration de The Cure fête ses trente ans. D’où la seule question : ça vieillit bien ou mal !?

Comment aborder aujourd’hui Disintegration sans tomber dans les souvenirs, l’analyse déjà connue...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *