Mazoha finit l’année en boomerang

Mazoha - ΦελάκιαCe n’est pas parce qu’on a pas réussi, cette année encore, à imposer nos vues (progressistes) à nos camarades de webzine qu’on ne va pas continuer à parler, à chaque fois que l’occasion se présente, du chanteur grec Jimmy Polioudis aka Vagina Lips dont l’album Outsider Forever (toujours disponible) figurait en première position de notre top albums personnel pour cette année 2020. Avec ce disque remarquable et l’épatant album de quarantaine qu’il avait sorti peu après, le natif de Thessalonique a, selon nous, marqué l’année, ce qu’il confirme en sortant pour honorer ce mois de décembre et boucler la boucle, un nouveau single à la couverture très suggestive sous la bannière de son autre groupe Mazoha.

On avait presque oublié celui-ci, mais le disque paru chez Inner Ear Records, de cet “autre” groupe (qui dissimule un auteur/chanteur/compositeur unique et opérant en solitaire ou presque), était lui aussi tout à fait convaincant, à cette différence près que Mazoha chante et s’exprime 100% en grec, ce qui pour les auditeurs internationaux nous coupe évidemment de la chance d’y comprendre quoi que ce soit. On ne pourra ainsi qu’imaginer ce dont cause Μπούμερανγκ qui signifie (merci google trad) boomerang et rêver à ce sentimentalisme synthétique qui se dégage du morceau. La proposition de Polioudis sur ce single semble très simple : proposer une échappée bucolique et de mer de bord autour d’un arrangement évanescent et qui rappelle (comme souvent chez lui) les années 80. Boomerang évoque autant Talk Talk que les balades romantiques italiennes (ou grecques), et projette, avec ses faux airs variétoches, dans un état de satisfaction et de paix bienvenu par les temps qui courent. On prend plaisir à être ainsi caressé dans le sens de la petite culotte, à regarder la pochette rosir d’émotion et à chantonner en yaourt le refrain qu’on danserait volontiers au soleil d’un club détente dans les bras de notre amour de jeunesse.

Mazoha a d’ores et déjà annoncé la sortie d’un nouvel album, sur son label préféré, en février 2021. L’année 2021 sera peut-être meilleure que l’année 2020. Mais elle devrait comme la précédente livrer son lot de productions en provenance de ce réel stakhanoviste des musiques qu’on aime. Pour lui, on tendra l’oreille et la lèvre sans se faire prier.

close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Plus d'articles de Benjamin Berton
The Divine Comedy / Office Politics
[Divine Comedy Records Ltd]
Ceux qui avaient rêvé d’un album incisif et ramassé portant sur une...
Lire la suite
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *