Paddy McAloon chante l’Amérique qu’il aime

Paddy McAloonC’est un beau cadeau qu’a fait le barde de Durham, Paddy McAloon, aux fans de Prefab Sprout ce vendredi. Alors que personne ne l’attendait, une vidéo magique a été mise en ligne, présentant le leader du Prefab Sprout en tenue d’apparat, mi-Gandalf, mi-pimp divin tiré de Bruce Tout Puissant, grosses lunettes (dont il ne se dépare plus en raison de l’affection qui l’a rendu quasi aveugle) et guitare sur les genoux, entonnant avec une assurance fragile un nouveau morceau.

America est le premier morceau livré par l’immense compositeur depuis Crimson/Red, le dernier album en date, du Prefab Sprout, sorti en 2013. C’est une chanson magnifique qui parle de l’Amérique terre d’accueil, qui donne asile aux rêves des plus démunis et transforme les existences. « America, America, chante-t-il, Liberty welcomes everyone / Now she’s blushing in the sun … An orphan child exiled by war / She may become a doctor / And work among the poor /A scientist who finds a cure.” Chantée alors que Donald Trump, le nouveau Président élu, revise cette semaine son décret anti-intrusion et discutaille encore sur son mur au Mexique, la chanson de Paddy McAloon prend bien sûr une teneur militante non négligeable. La voix peine à grimper dans les aigus et confère à l’ensemble un air de complainte nostalgique que la mélodie projette sans peine dans l’émotion. Dénuement, sincérité, simplicité semblent être devenus les compagnons d’expression du chanteur, depuis qu’il s’en est retourné vivre en famille dans son comté de naissance. Le titre, échappé de sa retraite (il semble qu’il ait été mis en ligne par son agent) n’est accompagné d’aucune promesse, et surtout pas celle d’un nouvel album, qu’on espère bien entendu.

Pas certain que cette ritournelle fasse ciller l’Amérique d’aujourd’hui mais la vanité de la pop, à défaut de changer le monde, fait du bien aux oreilles.

Mots-clés de cet article
, , , ,
Ecrits aussi par Benjamin Berton

Elysian Fields / Pink Air
[Microcultures / Differ-Ant]

Cela faisait quelques années qu’on n’avait pas écouté un album d’Elysian Fields...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *