Rank-O / De Novo
[Another Records]

8.4 Note de l'auteur
8.4

Rank-O - De NovoOn n’a pas cherché à retracer le pedigree (Yacht Club, Nour) des quatre bonhommes qui signent ce premier album du groupe Tourangeau Rank-O. A voir leurs tronches, on se dit qu’une bonne moitié de ces types n’est pas née au XXIe siècle, qu’il y a derrière ce premier LP des années, voire des décennies de pratique mais aussi de fréquentation de discothèques bien fournies en punk, post-rock, avant-garage, math-rock… et SURTOUT que cela s’entend pour le meilleur. Boris Rosenfeld, Camille Pierron, Antoine Hefti et François Rosenfeld signent avec De Novo la plus jolie surprise française et électrique de ce début d’année. On ne les prendra pas au jeu des 1001 références, au risque d’être pris à notre propre piège : Rank-O ressemble à Sonic Youth, aux Pixies, à Polvo et aussi à une sorte de Frustration en un peu moins rétro punk et plus élaboré.  Une fois qu’on a dit ça, on est bien avancés mais vous avez l’idée générale…. De Novo est une tuerie à hauteur d’hommes, un prodige de créativité et de fraîcheur post-punk qui mêle à une belle virtuosité/inventivité technique une énergie vitale radicale et pleine d’enthousiasme.

Le disque démarre avec un Gallery qui fait vaguement penser à des Talking Heads férus de jolies mélodies mais aussi prompts à appuyer sur la pédale d’effets. C’est solide mais assez classique, avec des relances néanmoins variées et des accélérations insoupçonnées qui repointent le bout du nez tout au long d’un Helena bruitiste et en ruptures. Le chant évolue dans les aigus, rappelant (évidemment) l’exaltation d’un Black Francis retrouvé, tournant autour d’une section rythmique musclée et qui tient la barraque. Le tout est punk, mais aussi garage et assorti d’échos marins et angelinos qui font penser à la vigueur virtuose et joueuse d’un Ty Segall ou d’un Jay Reatard en plus policé et élaboré. Humans est un titre fracassant où l’on croit entendre Joey Santiago à la guitare dans sa meilleure prestation depuis la reformation des Pixies. Mais il y a bien plus que ça dans ce titre : une évolution radicale du son, mathématique et scientifique, qui crépite et envoie des étincelles dans tous les coins. Comme le groupe remet ça avec encore plus de force et de poids sur Half Life, on se dit que cela ne doit pas être un coup de chance. Le reste de l’album le confirme même si avec un peu plus de légèreté et moins d’impact : Rank-O a le feu sacré et conjugue une énergie remarquable dans ses livraisons et une maîtrise extraordinaire de ses effets.

Comme on ne sait faire que ça, il faut bien qu’on pense à Kim Gordon et Kim Deal sur Half Life et qu’on ramène notre science en disant que c’est aussi cool que si No-Age et Polvo avaient décidé de monter un super-groupe et d’animer le réveillon (californien) de la nouvelle année. Pour dire la chose, il va falloir se lever tôt pour espérer faire aussi bien que ce disque, que ce soit dans l’Hexagone ou sur la planète Terre tout court, tant Rank-O crée la surprise et l’abrutissement. Cold Rush est très bon. John avec sa rythmique sautillante et tropicaliste nous plaît un peu moins car il renvoie directement à la dimension expérimentale du groupe. On préfère lorsque Rank-O tient un discours direct et assuré que lorsqu’il s’amuse à jouer comme CHEVEU et cette école française. Cent Mille émarge dans ce registre là également avant que Cheetah (Chrome ?, non, le singe) ne vienne conclure cette affaire là avec beaucoup d’aplomb et de brio. Le pont instrumental est un modèle du genre et donne le sentiment que le groupe trouve la bonne voie sans même y penser. On aime quand Rank-O laisse libre cours à ses mauvais penchants, s’ébroue et joue sans trop réfléchir.

Pour un premier album, c’est un coup de maître(s) étalon qui, on l’espère, en appelle d’autres. On avoue qu’on est très curieux aussi de voir ce que ça donne sur scène et si la puissance qu’on a pu trouver ici se double d’un charisme aussi vif sur les planches. Rank-O peut espérer désormais pointer au premier rang.

Tracklist
01. Gallery
02. Helena
03. Humans
04. Half Life
05. Cold Rush
06. John
07. Cent Mille
08. Cheetah
Liens
close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

More from Benjamin Berton
[L’Album Idéal #2] – Prince : Silly Lovers Die
Autant dire que c’est mission impossible : aucune compilation digne de ce...
Lire la suite
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.