Tu seras toujours une Pu*e. : Steel Panther signe le titre le plus drôle de l’été

Steel Panther - Heavy Metal RulesOn ne parle pas assez de metal dans nos colonnes et ce n’est pas prêt de… changer (Dieu merci). Mais impossible de passer sous silence cette petite pépite estivale livrée par les Californiens barrés de Steel Panther qui annonce leur nouvel album, Heavy Metal Rules, à paraître en septembre. Un premier single était sorti peu avant, All I Wanna Do Is Fuck (Myself Tonight), mais celui-ci est meilleur.

Groupe glam metal de Los Angeles, emmené par son chanteur Ralph Saenz aka Michael Starr, le Steel Panther règne depuis une dizaine d’années sur le créneau du metal macho et parodique américain. Les membres, habillés comme dans les années 80 avec longs cheveux, pantalons serrés et serre-tête, livrent des concerts absolument hilarants où ils alternent des reprises de standards des années 80 et des compositions excellentes. Le show est souvent entrecoupé de longs dialogues comiques où Satchel, Lexxi Foxxx et Stix Zadinia s’interpellent et évoquent leur future consommation de drogue ou de groupies. La finesse n’est pas le propre du groupe, pas plus que leurs compositions ne se détournent de ce qui a fait les canons pompeux du glam metal : des solos dégoulinants, des envolées lyriques époustouflantes de kitsch, le tout camouflé sous une bonne couche d’humour et de second degré. Avec Always Gonna Be A Ho, le groupe accède au stade suprême de la dérision. Le texte est épatant et le clip aussi chouette qu’une bande perdue de Wayne’s World ou de Spinal Tap.

On ne résiste pas à reproduire une partie des paroles où le chanteur déplore d’être trompée (plus qu’il ne trompe lui-même) par une pu** qui ne serait rien d’autre (pour la rime) que la propre fille de Russel Crowe.

« I fell in love With someone sweet and pure /
But you became The worldʼs biggest whore /
I went away for a few weeks or more /  You fucked more dudes Than I fucked girls on the tour How can it be?
Youʼve got me beat /  Iʼm not the only one who loves to cheat/  Doesnʼt matter what you do / Or where you go/  Youʼre always gonna be a / Ho
Donʼt care where you live /  Or who you know/  Youʼre always gonna be a ho/
I never knew I could feel quite so sick /  I kissed your mouth And tasted Satchelʼs dick / I ran away / Went to my grandpaʼs farm/  I saw your name Tattooed on my grandpaʼs arm/
Is there no man you havenʼt laid? / Has your vagina never seen the shade? /
Doesnʼt matter what you do Or where you go /  Youʼre always gonna be a Ho /
Donʼt care if your dad Is Russell Crow You always gonna be a ho »

On appréciera notamment le formidable « je t’ai embrassé. Ta bouche avait le goût de la bite de Satchel » ou encore le remarquable « Est-ce que ton vagin a déjà connu l’ombre ? » Les féministes américaines ont juré d’avoir la peau de ces quatre lascars qui évoluent dans un monde où ils sont à la fois intouchables et soutenus par des légions de femmes prêtes à coucher avec eux. Le doux monde du metal.

La genèse de Heavy Metal Rules a été difficile car suite à une mauvaise manipulation, l’album a été complètement effacé des disques durs sur le studio où le groupe l’enregistrait, ce qui a forcé Steel Panther à tout reprendre de zéro. Michael Starr a précisé toutefois que le résultat était à la hauteur de ses espérances, voire un peu au dessus. « C’est l’album ultime pour faire la fête. Il parle de l’amour de soi et de l’importance d’avoir une image personnelle positive. C’est le genre de chanson que vous écrivez pour vous mettre dans le mood, quand vous vous préparez à avoir des relations sexuelles avec vous-même, ou avec 17 filles de suite. »

Mots-clés de cet article
, , , ,
Ecrits aussi par Benjamin Berton

Camp Claude : le clip jeu-vidéo qui se danse sans les mains

Chaque sortie de Camp Claude semble destinée à nous rendre accros. On...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *