Still Corners / The Last Exit
[Wrecking Light]

7.5 Note de l'auteur
7.5

Still Corners - The Last ExitUn premier album plébiscité pour ses charmes (Creatures Of An Hour – 2011) puis un second toujours pour le compte du puissant Sub Pop (Strange Pleasures – 2013) un peu trop convenu pour convertir le capital sympathie en love story de longue haleine, puis Still Corners a subi un gros appel d’air. Celui que connaisse les groupes promis au succès mais qui se cabre dans une ruade au moment de franchir l’obstacle. Ou bien est-ce l’expression d’une farouche volonté d’émancipation ? Toujours est-il que Dead Blue (2016) et Slow Air (2018), tout deux publiés via la propre structure du groupe, Wrecking Light, se sont dissous dans le temps aussi vite qu’une romance adolescente espérée au détour d’une esquisse de sourire et condamnée dans un regard détourné.

Pourtant, Greg Hughes a un vrai talent pour magnifier le chant de Tessa Murray par un entrelacs de guitares électro-acoustiques et une production qui s’applique à mettre en relief la discussion entre la belle et la six-cordes, sur un tapis rythmique discret et sporadique. La forme et le fonds sont éculés depuis belles lurettes, et il ne faut pas grand chose pour distinguer l’incarnation touchante de la relecture vaine. Lorsque la sincérité n’est pas feinte, alors on peut se délecter sans plus se soucier de l’air du temps. Il y a quelques années, Mazzy Star en faisait de même et on ne saurait pas plus hier qu’aujourd’hui à quelle période il faut rattacher So Tonight That I Might See (1993) ou ce Last Exit. Les arrangements empruntés aux bandes-son des westerns-spaghettis imaginés par Morricone apparaissent alors à bon escient : un harmonica (A Kiss Before Dying), une pedal-steel, le hurlement d’un coyote au loin (Bad Town) ou un roulement de tonnerre. Même si le groupe est basé à Londres, c’est le souffle des Grandes Plaines qui traversent The Last Exit. Dans cet exercice de style, quelques passages sont clairement « middle of the road » et certains s’amuseront à pointer les ressemblances de It’s Voodoo avec certaines compositions de Dire Straits (mais avouons qu’on n’a pas le courage de s’infuser l’intégrale pour s’en assurer). Mais il y a aussi de très belles réussites, comme le single White Sands ou encore l’instrumental Shifting Dunes qui, lui, n’aurait pas dépareiller sur un album de Lanterna.

Il faudra faire subir à cet album les affres du temps, mais il est probable qu’il soit aussi convenu qu’indémodable.

Tracklist
01. The Last Exit
02. Crying
03. White Sands
04. Till We Meet Again
05. A Kiss Before Dying
06. Bad Town
07. Mystery Road
08. Static
09. It’s Voodoo
10. Shifting Dunes
11. Old Arcade
Liens
close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Ecrit par
Ecrits aussi par Denis

Fondant comme une Madeleine de TRAITRS

Alors qu’à défaut de pouvoir enfin écouter de nouvelles compositions de The...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *