Choir Boy verse son obole aux vieux cowboys

Choir Boy - Rowdy FriendsS’il est bien un point sur lequel on ne pourra jamais défendre Choir Boy, c’est leur choix d’esthétique visuelle. Le groupe de Salt Lake City est adepte des mises en scène de mauvais goût. La parution de ce nouveau single digital ne déroge pas à la règle : on n’a rien vu d’aussi moches et patraques depuis les dessins de Daniel Johnston.

Mais ce n’est pas au défunt et génial (freak) songwriter que les auteurs du meilleur album de l’année 2020 (Gathering SwansDais Records) rendent hommage. Non, pour donner de leurs nouvelles dans cette éternité d’isolement confiné, Choir Boy revisite All My Rowdy Friends (Have Settled Down) signé en 1981 par Hank Williams Jr., figure tutélaire de l’americana, “fils de” et “père de”. Autant dire donc que l’original est à mille lieux des ambiances synthético-narcotiques d’Adam Klopp et ses copains. Difficile pour l’auditeur européen, qui peut difficilement mesurer l’influence de l’auteur originel de cette histoire d’Amérique banale, de comprendre ce choix, tant les esthétiques diffèrent. Mais selon les dires du chanteur androgyne et passablement torturé, la découverte de cette chanson l’a suffisamment touchée pour la faire sienne. De fait, le résultat sonne indéniablement comme du Choir Boy , si ce n’est la structure même du morceau, dont on reconnait encore le classicisme. Or, l’une des qualités premières des Américains est justement cette faculté à pervertir la structure d’une pop-song comme pouvaient en écrire The Smiths en complainte poisseuse.

Ici donc, pas de quoi se mettre au balcon pour applaudir, mais la mise en ligne de ce single offre l’occasion de rappeler combien les deux albums de Choir Boy (Gathering Swans ainsi que Passive With Desire paru en 2016) sont bouleversants et touchent à l’intime.

close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Ecrit par
Ecrits aussi par Denis

Johnny Dynamite & the Bloodsuckers / Sleeveless
[Born Losers Records]

Cela s’appelle “appâter le badaud”. Johnny Dynamite fait le trottoir, tapine, fait...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *