Doomsquad troue le cul d’un âne

DoomsquadLe trio canadien Doomsquad dont on avait (assez rapidement, il faut l’avouer) écouté le premier album Kalaboogie reviendra le 29 avril avec un deuxième opus intitulé Total Time chez Bella Union/ PIAS. En éclaireur, le groupe a présenté un nouveau morceau, Solar Ass, dont l’argumentaire promotionnel indique qu’il s’agit – on cite – d’ « une chanson d’amour destinée à un âne, afin de payer attention aux éléments plus fragiles, sous-estimés qui nous transportent au travers de nos vies contemporaines. » C’est quand la dernière fois que vous êtes allés bosser sur un âne ?

Avec un tel « pitch », on a de quoi se sentir concernés. Bah oui, pourquoi pas après tout. L’occasion pour le trio allumé du bulbe de déployer son électro psychédélique (de Montréal) carburant intensément aux sciences naturelles, à la sorcellerie/pathologie et aux médecines douces sur quelques minutes complètement planantes. Pour l’occasion, on a réécouté le premier album et on s’est rendu compte immédiatement que ces trois-là (deux filles, un gars) touchaient forcément à une forme de vérité cosmique supérieure. Sans déconner. En attendant le film de Dr Strange, on s’est fait prescrire des pilules qui permettent de mieux apprécier ce genre de musique. L’âne qu’on a croisé juste après ne s’en est pas remis et on ose désormais affirmer dans les dîners en ville que Doomsquad est une version alternative de Mogwai qui aurait mal tourné et aurait changé de sexe.

Soutenu par des clips solides et panthéistes, le groupe porte une attention mystique aux éléments, aux détails et à la nature qui nous environne. Le tout est « connecté », façon Jean-Claude Van Damme, pour mieux nous emporter ailleurs et attendre le retour des Anciens. Le pire est que ça fonctionne à plein et qu’on se laisse prendre, balader, enivrer par le fumet fumeux de ce Popotin Solaire (la traduction pas si littérale de ce premier morceau). Doomsquad élève plus blanc que blanc et fait le bonheur des fins de soirées techno. Vous reprendrez bien du crottin avec vos raisins ?

Mots-clés de cet article
, ,
Ecrits aussi par Benjamin Berton

Morrissey a 60 ans : on peut mourir tranquille

A quelques mesures près, comme ici lors d’un live assez ancien capté...
Lire la suite