Telefon Tel Aviv / Dreams Are Not Enough
[Ghostly International]

8 Note de l'auteur
8

Telefon Tel Aviv - Dreams Are Not EnoughOn se souvient encore de ce sinistre début du mois de janvier 2009. Alors qu’on guettait avec fébrilité la parution du troisième album de Telefon Tel Aviv (Immolate YourselfBpitch Control), disparaissait la moitié du duo formé dix auparavant du côté de la Nouvelle-Orléans. On n’a jamais su quoi que ce soit de cette tragédie, Joshua Eustis gardant le silence à propos de Charlie Cooper, son ami, son complice de toujours, son alter ego, sa moitié. Inéluctablement, s’en est suivi un long silence, une page blanche, même si Joshua Eustis délivra quelques remixes (pour son ami Apparat notamment) et assura quelques productions (il était encore au chevet des dernières réalisations de L’Altra entre autres). Il lui aura finalement fallu plus de sept ans d’interrogations, de doutes quant à sa légitimité à poursuivre une aventure engagée à deux, avant de se décider à donner une nouvelle vie à l’un des groupes électroniques les plus excitants du début de la décennie 2000. Car oui, quand bien même Telefon Tel Aviv n’est que rarement cité au moment des inutiles « albums les plus importants de la décennie« , Fahrenheit Fair Enough (2001) et Map Of What Is Effortless (2004), tout deux parus sur Hefty Records, comptent parmi les albums d’IDM les plus marquants de leur temps. Dont acte.

C’est donc avec une émotion certaine qu’on s’engage à la découverte de Dreams Are Not Enough (qui bénéficie de l’appui de Ghostly International), cet album au titre programmatique : les noms des morceaux, reportés sur la pochette en guise d’unique visuel, forment, placés à la suite les uns des autres, une déclaration à la résonance poétique. Car, si le dessein de TTA a toujours été de s’approprier et concilier les genres (la scène bounce music de la Nouvelle Orléans, la techno de Detroit, la house de Chicago et electronica aride des années 90’s de Warp à Rephlex), le groupe a toujours privilégié la dimension émotive de ses compositions. Certes, aujourd’hui encore, la production s’appuie sur des rythmiques puissantes, des cliquetis chirurgicaux et des nappes synthétiques en couper-décaler. Mais ce sont surtout les lignes de chants évasives et les arrangements délicats qui fascinent. Ça tape fort parfois (Not Breathing est digne des compositions radicales d’Autechre ou Aphex Twin), mais toujours pour servir le propos. Un équilibre entre le corps, la tête et le cœur. Même seul et malgré l’âpreté du ton employé, Joshua Eustis ne succombe pas à la désillusion générale, il tente ici encore d’offrir un avenir, il se relève pour ouvrir une voie sur laquelle il est de notre devoir de l’accompagner.

Tracklist
01. I Dream Of It Often:
02. A Younger Version Of Myself,
03. Standing At The Bottom Of The Ocean;
04. Arms Aloft,
05. Mouth Agape,
06. Eyes Glaring,
07. Not Seeing,
08. Not Breathing,
09. Still As Stone In A Watery Fane.
Écouter Telefon Tel Aviv - Dreams Are Not Enough

Liens
Ecrit par
Ecrits aussi par Denis

Suivre le chant des sirènes avec Land of Talk

En 1994, Heather Nova s’impose comme notre muse le temps d’un été,...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *