Thomston, derrière le masque d’ange, la fêlure ?

thomstonLe gamin a une gueule d’ange et une voix à faire fondre n’importe quelle mère au foyer. Alors oui, Thomston a tout du gendre parfait : propre sur lui, poli, l’air pas trop con ni grivois. En plus, il vit à Auckland et comme chacun le sait, la vie chez les kiwis est saine. Pour un peu, on lui filerait les clés du break familial. De surcroît, il est forcément bien conseillé puisqu’on nous précise bien que son manager est le même que Lorde (ce qui en soit est un argument tellement mercantile qu’on a juste envie de vérifier si sa raie sur le côté est aussi parfaite après une bonne torgnole).

Mais quand même, il y a un côté sacrément vrillé dans sa musique, non ? Collarbones, le single extrait de son second EP, suinte le spleen et louvoie dans les mêmes eaux troubl(é)es que Sohn ou James Blake. Du dub-step sous anxiolytique, du r’n’b sur un faux tempo, l’autotune et les trémolos compris.

Allez petit, dis-le nous, tu prends des trucs, t’es mal dans ta peau ? On va écouter tes chansons, tu peux nous causer en tout confiance.

Mots-clés de cet article
, ,
Ecrit par
Ecrits aussi par Denis

Same Waves : une moitié de L’Altra et un Slicker entier

La pluie n’a de cesse de tomber depuis que le jour a...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *