The William Loveday Intention / The Dept. of Discontinued Lines (4 CD Boxset)
[Damaged Goods Records]

8.5 Note de l'auteur
8.5

The William Loveday Intention - The Dept. of Discontinued LinesOn avait parlé en fin d’année dernière du nouveau groupe de l’anglais Billy Childish, The William Loveday Intention, et de son entreprise d’hommage folk et hillbilly à Bob Dylan, faite de reprises directes et de créations originales. C’est celle-ci qui se prolonge de manière ambitieuse, généreuse et remarquable à travers un coffret en 4 cds qui reprend People Think They Know Me, le disque dont on avait mis en valeur le premier single, et trois autres albums, ou déjà parus ou qu’on découvre pour l’occasion. Certaines chansons font d’ailleurs partie du répertoire de Childish depuis quelques années et ont fait l’objet d’un réenregistrement dans la nouvelle configuration.

On ne va pas s’amuser à faire la critique de trois disques d’un coup mais juste redire à quel point cette entreprise folk et rock à la fois est indispensable et aboutie. Les compositions sont d’une justesse folle et les interprétations incroyablement vigoureuses et énergiques. Ce que réussit Billy Childish est assez prodigieux à partir d’une matière première assez traditionnelle à base de vieux rock et de folk blues, de guitare, de banjo et d’harmonica. Le résultat n’est en rien passéiste ou conservateur bien au contraire : le rendu est électrique, électrisant et aussi punk qu’une telle musique peut l’être. On pense à des types en furie tels que Peter Laughner, le préfigurateur déjanté des Rockets From The Tomb et du Pere Ubu, à Jackson C. Frank et bien entendu au Dylan d’avant et d’après la conversion électrique. La musique de William Loveday Intention sent l’Amérique plus que l’Angleterre mais lorgne aussi vers l’intensité habitée des livraisons à la Jacques Brel que le chanteur honore sur le surprenant A La Mort Subite. On pense parfois à Robin Proper Sheppard, parfois à Daniel Johnston, lorsque la musique se fraie un chemin bringuebalant entre poésie et magie pure. Celebrating Weakness est un titre beau à pleurer qui illustre toute la force et la fantaisie du groupe. L’album intitulé Will Ever Be A Day That You’re Hung Like A Thief est d’une qualité réellement extraordinaire. Difficile de ne pas enchaîner I Dont Like The Man I Am et If They’ve Got What You Want They’ve Got You sans crier au génie : le premier morceau est une bombe intimiste à la subtilité incroyable; le second une charge radicale et sublimement pop contre le consumérisme. Pour dire la vérité, on ne croyait pas avant d’écouter cet ensemble de disques qu’il soit encore possible de parler de la société d’aujourd’hui, de l’amour, des médias avec une telle précision en utilisant ces formes iconiques et venues du passé. The William Loveday Intention démontre le contraire sur chaque titre, réussissant également par la variété de ses approches à échapper à l’aspect “long tunnel” répétitif qui plombe souvent les albums de néo-folk dans la durée. Il y a une fraîcheur ici et une vivacité dans le chant qui maintiennent l’intérêt tout du long.

Il y a bien évidemment des morceaux qui passent plus inaperçus que d’autres, certains qu’on préfère mais cet ensemble est un vrai trésor et l’occasion de s’ouvrir un horizon aux perspectives presque infinies vers le folk britannique et l’œuvre très riche et variée de Childish. Il va de soi que ceux qui ont un jour croisé, aimé et fréquenté les chemins ouverts par Bob Dylan devront se procurer cet ensemble de toute urgence.

Tracklist

Disque 1 – People Think They Know Me But They Don’t Know Me
01. Again and Again
02. I Wasn’t Made For This World
03. People Think they Know Me (But They Don’t Know Me)
04. This Wondrous day
05. The Desert’s Flame
06. A-Z of Your heart
07. The Bitter Cup
08. My Love For You
09. Sonora’s Death Row
10. I’m Hurting
11. You’re The One I Idolise
12. My Father Was A Railroad Man
13. Again and Again (Reprise)

Disque 2  – Will There Ever Be A Day That You’re Hung Like A Thief

01. 100 Yards of Crash Barrier
02. A La Mort Surbite
03. Celebrating Weakness
04. I Don’t Like the Man I Am
05. If They’ve Got What They Want They’ve Got You
06. I’ll Tell You Who I’m Not So You’ll Know Who I Am
07. A Self Inflicted Wound
08. Will There Ever Be That You’re Hung Like a Thief?
09. You’re the One I Idolise
10. You Who Have Always Held Me
11. Chatham Town Welcomes Desperate Men

Disque 3 – Blud Under The Bridge

01. Where the Black Water Flows
02. Exuberant Me
03. God’s Reason Why
04. It happened Before (Will It Happen Again?)
05. Roll the Stone Back Across the Mouth of the Cave
06. Do Not Be Indifferent to Me
07. A Simple Twist of Fate
08. Wise Blud
09. White Whale Blues
10. The Devil is Choked
11. Blud Under the Bridge

Disque 4 – The Bearded Lady Also Sells The Candy Floss

01. To Sing the Blues You Gotta Be Blue
02. When the Eagle Becomes a Hen
03. Celebrating Weakness
04. Hanging By a Tenuous Thread
05. The Bearded Lady Also Sells the Candy Floss
06. What Kind of Friend Were You
07. Oh Sister
08. A Dull Blade
09. The Department of Discontinued Lines
10. Thatcher’s Children
11. A Rusty Stain

Liens
close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Plus d'articles de Benjamin Berton
L’Hawaïenne : le problème avec La Femme
S’ennuyer est une activité noble s’il en est. Ce n’est pas le...
Lire la suite
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *