Arctic Monkeys / Live At The Royal Albert Hall
[Domino]

6.9 Note de l'auteur
6.9

Arctic Monkeys-Live at The Royal Albert Hall Certains fans ont été déçus que les Arctic Monkeys ne reviennent cette année qu’avec un album live. Ils auront tort. Si ce disque, enregistré dans l’une des plus belles salles londoniennes au bénéfice de l’association War Child, tombe un peu à rebours des attentes du public et nous replonge dans une prestation vieille de deux ans déjà (autant dire une éternité à la vitesse à laquelle on va), il n’en reste pas moins une vraie leçon de rock pour les amateurs qu’ils aient aimé par le passé ou aiment encore le groupe d’Alex Turner. Ceux qui, comme nous, ne considèrent pas Tranquility Base Hotel & Casino comme le meilleur album du groupe pourront confirmer leur jugement. Le concert fait une large place aux alors nouveaux morceaux et confirme que s’ils n’ont pas l’énergie et le côté joueur des précédents standards des Monkeys, ils respirent la classe et l’élégance sur chaque note. L’entrée en matière sur Four Out Of Five est somptueuse et aussi ennuyeuse que si on assistait à un concert de Nick Cave en solitaire. L’explosion qui suit sur Brianstorm n’est pas mal non plus : les Artic Monkeys sont en forme, pétillants et fringants comme sait l’être un groupe anglais en pleine bourre. Il faut avouer cependant qu’on aime aussi quand le groupe taquine sa propre légende et exécute un crâneur R U Mine ? en guise de sortie ou met le feu aux poudres avec Do I Wanna Know ?

La setlist est un bon exemple de parfait équilibre des tempos et des ambiances. Le groupe souffle le chaud et le froid, enchaînant un excellent I Bet You Look Good On The Dancefloor et un immense Star Treatment, au ralenti (notre chanson favorite ici et la meilleure du dernier album). C’est dans ces espaces alternés (lent/rapide) qu’on prend plaisir à redécouvrir la virtuosité du groupe et la beauté des textes d’un Turner qui aura, dès son entrée en matière à l’âge de 19 ans, marqué de sa patte réaliste et satirique la pop anglaise. Les Arctic Monkeys ont une manière de cabotiner qui n’est jamais agaçante. L’interprétation des chefs d’oeuvre de jeunesse est distanciée et théâtralisée, comme si le chanteur mettait une distance entre son personnage d’alors et celui qui l’interprète aujourd’hui. Etrangement, cela ne se fait pas au détriment des chansons et de leur potentiel. Why’d You Only Call Me When You’re High reste, dans sa version adulte, une jolie chanson, mélodique et gentiment triste. Ceux qui suivent le groupe depuis leurs débuts regarderont toutefois avec un brin de nostalgie cette prestation solide mais un poil académique.

Les Arctic Monkeys, à ce stade de leur carrière, et dans cette salle huppée, affichent le professionnalisme respectable (mais sans dérangement) du groupe arrivé qu’ils sont devenus. Les inter-titres sont restreints et le son d’une propreté qui fait regretter les fautes d’accord d’il y a dix ans. Est-ce à dire que les Arctic sont devenus un groupe anglais comme un autre. Oui et non. Il y a encore suffisamment de talent ici pour qu’on n’échoue pas dans un mainstream banalisé et aseptisé. Knee Socks, qui a tout d’un standard britpop, est un modèle d’écriture intimiste :

And you were sittin’ in the corner with the coats all piled high
And I thought you might be mine
In a small world, on an exceptionally rainy Tuesday night
In the right place and time
When the zeros line up on the 24 hour clock
When you know who’s callin’ even though the number is blocked
When you walked around your house wearin’ my sky blue Lacoste
And your knee socks

C’est à travers cette façon de saisir les situations et de les décrire avec émotion que Turner a longtemps été et reste l’un des meilleurs songwriters de la planète. Le disque est un beau cadeau de Noël pour les amateurs de pop : rien de plus, rien de moins.

Tracklist
01. Four out of five
02. Brianstorm
03. Crying Lightning
04. Do I Wanna Know ?
05. Why’d You Only Call Me When You’re High
06. 505
07. One Point Perspective
08. Do Me A Favour
09. Cornerstone
10. Knee Socks
11. Arabella
12. Tranquility Base Hotel & Casino
13. She Looks Like Fun
14. From The Ritz to the Rumble
15. Pretty Visitors
16. Don’t Sit Down ‘Cause I’ve Moved Your Chair
17. I Bet You Look Good On The Dancefloor
18. Star Treatment
19. The View From The Afternoon
20. R U Mine ?
Écouter Arctic Monkeys - Live At The Royal Albert Hall

Liens
close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Plus d'articles de Benjamin Berton
The Catenary Wires / Til The Morning
[Tapete Records]
Il serait faux de croire que la pop de Rob Pursey et...
Lire la suite
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *