Bajram Bili / Saturdays With No Memory
[Another Record / Differ-Ant]

Bajram Bili - Saturdays With No MemoryIl faisait un beau soleil ce jour-là et le cadre enchanteur était singulier pour un tel événement. Bajram Bili et son compère étaient perchés sur une petite estrade au milieu de l’ancien cloître de l’Abbaye de l’Epau en cette fin d’après midi du mois d’août. Et quand bien même le public se prélassait dans des chaises longues, il aurait fallu être frigide pour ne pas se laisser emporter par les compositions ascensionnelles des deux tourangeaux. On a compris ce jour-là que le premier album de Bajram Bili risquait de marquer une très nette évolution par rapport à Sequenced Fog (Another Record).

Et de fait, finies les plages vaporeuses shoegaze qui nous avait tant séduit en 2013, Saturdays With No Memory fait la part belle aux montées hypnotiques portées par de lourdes pulsations basses. La réussite, et pas la moindre, d’Adrien Gachet est d’avoir réussi à retranscrire sur disque la frénésie que ces morceaux suscitent quand ils s’étirent sur scène et bénéficient de la puissance d’une grosse sonorisation. A l’écoute de Sky Osc Dealer ou Hondartza, l’envie de monter le volume est irrépressible au risque de finir ces longues montées orgasmiques avec un acouphène domestique. Et les bras en l’air, un sourire béat sur les lèvres. Sous leurs abords régressifs et leurs sonorités analogiques ouvertement référencées, les compositions de Bajram Bili emmènent vraiment très loin, progressant selon la même mécanique que celles de Daniel Avery (Drone Logic – 2013). Lorsque le tempo se ralentit, on pourrait évoquer aussi le vétéran Arovane pour les crépitements et les bruissements qui instaurent une certaine mélancolie. Adrien Gachet laisse ainsi émerger toute sa sensibilité qu’il distille à petites touches d’adjonctions organiques. Tout ceci parait simple mais relève en fait d’un processus mûrement réfléchi, pour trouver cet équilibre qui distingue un disque de la trempe de Satursdays With No Memory du gros des productions électroniques. On oublie bien vite que ce garçon discret pourrait être notre voisin de pallier pour souligner que le joli LP confectionné par Another Records mérite une bien plus large visibilité (et dans l’immédiat, on lui réserve une place de choix dans notre discothèque).

Tracklist
01. Fireworks
02. Sky Osc Dealer (Album Version)
03. Bright Tipi
04. Parallel Sea, Empty Glass
05. A Fear Of Time Elapsing
06. Hondartza (Album Version)
07. Saturdays With No Memory
08. XCVI Re-Engineering (Bonus Track)
Lien
Mots-clés de cet article
, , ,
Ecrit par
Ecrits aussi par Denis

Pale Honey is back !

Où il s’agit de fidélité en musique comme en amour. Tombés sous...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *