Roulette Memory #25 : Crash de Howard Shore (1996)

Howard Shore - CrashJ’ai presque tout oublié de la musique qui figure sur ce disque mais l’objet lui-même est une merveille comme à peu près tous les disques que propose le magasin et label Mondo, spécialisé dans les scores de films de série Z, de films d’horreur et fantastique. La pochette de la bande originale de Crash est stupéfiante. Il s’agit du film de Cronenberg, adapté du roman de JG Ballard en 1996, et c’est évidemment une pure merveille en 2 LPs, composée par le plus fidèle musicien du réalisateur canadien Howard Shore. C’est à lui qu’on doit la musique du Seigneur des Anneaux et du Hobbit mais aussi de pas mal de films de Scorsese. Pour l’occasion (c’est ma mémoire qui me dicte cela), Shore délaisse les grands orchestres symphoniques pour une équipe de musiciens plus ramassée et dominée par les guitares électriques.

Le résultat est remarquable. Il compose une musique sèche et oppressante qui correspond tout à fait à l’ambiance froide et privée d’émotion du film. Sa BO est atonale, industrielle presque mais laisse paradoxalement poindre une pointe de sentimentalisme que le réalisateur refuse aux acteurs du film tout du long. Le double LP est un peu long mais il y a dans ce disque un peu de la démesure, du charme, de l’érotisme cruel du roman original. Crash est obsédant, génial, sexuel, provocateur, scandaleux et pop. Ce n’est pas le meilleur roman de Ballard mais sûrement le plus éprouvant et celui dont on a le plus de plaisir à se souvenir.

Les personnes qui écoutent aujourd’hui des bandes originales et en parlent sont assez peu nombreuses. C’est une passion étrange et presque perverse quand tout le monde consomme des films à la douzaine. Un plaisir de gourmet aussi qui force à s’interroger sur les rapports entre le son et l’image, à écouter le score au repos et en ne se fiant qu’à sa propre mémoire visuelle. L’exercice est passionnant.

close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Ecrits aussi par Benjamin Berton

Order 89 / L’été des Corbeaux
[Icy Cold Records]

Deux ans après un premier album dont on avait étonnamment pas rendu...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *