India Jordan est-elle déjà plus cool que Christine and the Queens ?

India Jordan - For YouAvec son deuxième EP, For You, qui vient de sortir, la jeune India Jordan est en passe de s’imposer comme la nouvelle coqueluche “non binaire” d’Angleterre. Venue de la dance et du DJing, la jeune femme a pris conscience de sa différence progressivement et notamment à travers la lecture de Tipping The Velvet, un roman initiatique de Sarah Waters de la fin des années 90. La musicienne a d’ailleurs samplé un dialogue de l’adaptation du roman pour la BBC pour l’un des morceaux de ce nouveau EP, l’extraordinaire Dear Nan King. L’adaptation est une petite merveille ceci dit en passant qui raconte les amours saphiques d’une jeune fille et d’une artiste de music-hall dans l’Angleterre victorienne.

Pour ceux qui ne sont pas familiers de ces notions, “non binaire” signifie techniquement l’absence de référence à un sexe particulier dans les approches de personne à personne. On n’ira pas plus loin au risque de se faire reprendre de volée pour manque de nuances. Disons que India Jordan est une chanteuse complexe, partagée entre son goût pour la dance, l’indie rock (elle aime Placebo mais aussi le hard rock), la fête avec des amis….et la dépression. Deux des morceaux de cet EP ont d’ailleurs un côté plombant qui s’associe à merveille à leur ambiance électro trance. Sur le papier, India Jordan fournit donc une alternative véritable et plus pointue aux adorateurs désolés de Christine and The Queens. India Jordan ne danse pas aussi bien (ok, c’est un point faible) mais évolue dans un registre pas si dissemblable où musique électro et sonorités rétro funk se marient. Sensible, intense, elle a une voix correcte et ne sombre pas dans le démonstratif ou le spectaculaire. On en reparlera probablement.

Ne comptez pas sur India Jordan pour en rajouter dans l’intime. Sa musique l’est par essence, sans qu’elle ait besoin d’être accompagnée d’un commentaire explicatif.  Les six titres de son nouvel EP sont beaux, racés et surtout nimbés d’un charme trouble qui envoûte l’auditeur, partagé entre la tentation de danser tête baissée et celle de rester dans le canapé à pleurer en solitaire. C’est dans cette tension du “j’y vais/j’y vais pas” que la musique d’India Jordan s’exprime le plus parfaitement, rendant compte des brimades homophobes que la jeune femme a reçues durant à peu près toute sa scolarité, et avant qu’elle n’arrive à Londres.

Ecrits aussi par Benjamin Berton

Andy Bell (Ride, Oasis) en mode solo : c’est bon comme là-bas !

The View from Halfway Down, c’est le titre du premier album solo...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *