Television Personalities / Another Kind of Trip Live 1985-1993
[Fire Records]

8.4 Note de l'auteur
8.4

Television Personalities - Another Kind of Trip Live 1985-1993Quatrième et possible dernier double disque (ici uniquement en vinyle) consacré par Fire Records aux magnifiques Television Personalities, Another Kind of Trip est à la hauteur des trois précédents : un remarquable assemblage d’au moins quatre sources différentes, couvrant une petite décennie de concerts donnés par le groupe. On pouvait craindre que cet opus live soit un cran en dessous des trois autres, à la fois parce que réunir du matériau live est toujours assez casse gueule et parce que le chaos qui régnait souvent sur scène autour de Daniel Treacy ne permet pas vraiment d’en saisir l’impact : longs interludes, impros, absence de répétitions, titres interrompus ou bâclés, paroles oubliées, impression d’y aller en roue libre. Tout cela a été documenté et fait partie d’un (petit) mythe qui grandit avec les années et les rééditions.

Démarré avec Fire Records puis prolongé avec l’aide de Jowe Head, le bassiste de Swell Maps et taulier musical du groupe pendant plus de dix ans, le travail est une réussite et permet de se faire une idée de la puissance, poétique et sonique, exceptionnelle du groupe composé alors (et sur tout la compilation) de Treacy, Head et Jeff Bloom, un batteur incroyable de précision et aux qualités d’adaptation remarquables. Evidemment, on pourra critiquer que Head a privilégié les époques où il jouait dans le groupe et qu’Another Kind of Trip néglige totalement ce qui s’est passé avant et après. C’est un fait mais la séquence couverte par la compilation est de loin la meilleure sur scène et celle qu’on aurait retenu aussi s’il avait fallu présenter le groupe à un nouveau public. Le trio avance avec assurance, Treacy chante avec aisance, talent et humour, Head tient la boutique à l’arrière-plan, le tout envoyant une impression de densité, de violence contenue et de maîtrise qui rappelle (vaguement) les débuts de The Cure. Côté tracklist, c’est un bonheur du début à la fin qui permet de découvrir à la fois l’écriture pop raffinée, sentimentale et poétique de Treacy (Stop and Smell the Roses) et ses côtés les plus sombres et combatifs (on pense au medley How I Learned To Love The Bomb/ Back to Vietnam en plage 3, redoutable). Le son est caverneux, grésillant, souvent dérangeant et permet de se rendre compte à quel point le groupe évolue sur sa propre ligne esthétique dès le début. Entre la lisibilité pop des Kinks, les effets psychédéliques du Pink Floyd, le brouillard shoegaze des Jesus And Mary Chain, le post punk de Joy Division, les Television Personalities ne font le choix d’aucune chapelle. Ils sont leur propre courant, écrivent leur propre histoire. La basse est caractéristique des années 80 mais le jeu de guitares évoque déjà les Smiths et la brit pop. Les textes sont fabuleux, pétris de références, intimes ou politiques, personnels ou délirants. Il y a plus de poésie et de rock ici que dans toutes les discographies de Oasis et de Blur réunies. On trouve sur ces disques quelques pépites comme Tell Me About Your Drugs, chanson qui s’invite sur scène pour la première fois en 1987, que le groupe trimballe pendant un an ou deux et qu’il n’enregistrera jamais. C’est une chanson remarquable, au contenu évidemment autobiographique, qui parle des secrets dans le couple et accessoirement du fait que Treacy sombre à cette époque dans l’addiction.

All the times we used to spend
I wonder what you ever saw in me
All the days we used to spend
I wonder what you ever saw in me

I remember things we said, never meant a single word I said
I remember things we said but I never meant a single word I said
Why don’t you tell me what gets you high
Why don’t you tell me what gets you high

Vers la fin, on trouve aussi la magnifique reprise du Living Next Door To Alice de Smokie, chanson improbable et où s’exprime toute la sensibilité et la détresse de Treacy. La seconde moitié du deuxième disque (qui avance dans le temps) est plus faible mais les deux disques comportent suffisamment de morceaux de bravoure pour qu’on pardonne les chutes de tension. Evidemment, cette compilation s’adresse à des oreilles qui ont l’habitude des enregistrements live qui crachouillent un peu et ne bénéficient pas d’une netteté optimale. L’ensemble restitue le son foutraque et souvent incertain du groupe. Si le disque fait la part belle à la formation rock du groupe, on trouve aussi quelques chansons plus dépouillées à l’image de la belle version de If I Could Write Poetry que donne Treacy en acoustique avec juste ce qu’il faut de balais ou le Boy In the Paisley Shirt qui suit. C’est dans cet appareil le plus simple et nu que se présente aussi Part Time Punks, le plus gros, premier et quasi unique succès du groupe. Il fallait oser.

L’ensemble est donc d’excellente tenue mais ne restitue pas tout à fait le “mouvement” et le frisson qu’on pouvait éprouver, les montagnes russes émotionnelles qu’on déroulait, lorsque Treacy et les siens étaient dans un bon jour. Another Kind of Trip n’en reste pas moins hautement recommandable et un énième témoignage de l’excellence du groupe. On ne sait pas ce qui va venir après mais on est à peu près certains que Fire Records et les anciens membres ont encore des trésors sous la main. On a hâte d’entendre tout ça.

Tracklist
01. A good and faithful servant
02. Stop and Smell The Roses
03. How I Learned To Love The Bomb/ Back To Vietnam
04. Paradise Is For The Blessed
05. Tell Me About Your Drugs
06. Salvador Dali’s Garden Party
07. Three Wishes
08. All My Dreams Are Dead
09. You Dont Know How Lucky You Are
10. Me and My Imaginary Friend
11. Sill Girl
12. You, Me and Lou Reed
13. Hard Luck Story #39
14. Honey for the Bears
15. Me and My Big Ideas
16. Goodnight Mr Spaceman
17. My Very First Nervous Breakdown
18. Hope You Have A Nice Day
19. David Hockney’s Diaries
20. Love Is Better Than War
21. The Man Who Paints The Rainbow
22. Goodnight Mr Spacemen
23. If I Could Write Poetry
24. The Boy In The Paisley Shirt
25. Part Time Punks
26. Clear Day
27. Living Next Door to Alice
Liens
close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Plus d'articles de Benjamin Berton
Va faire tes courses avec Musique Post Bourgeoise
Le collectif Musique Post Bourgeoise (le seul nom de groupe capable de...
Lire la suite
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *