[Clip] – Adele veut des caresses avec Easy On Me

Adele - Easy On MeOn ne sait pas ce qu’il y a dans l’air, mais entre Uffie, Stromae et Adele, c’est comme si le club des trentenaires divorcés-dépressifs-alcooliques non anonymes s’était coordonné pour revenir sur le devant de la scène.

Adele nous revient avec le single de son nouvel album succédant à 19, 21 et 25… attendez, elle est née en 1988, ce qui devrait faire “33” ? Eh bien non, l’album se prénommera 30. Passé un certain palier, on assume moins son âge! La faute probablement à un homme. Et en sus, d’assez lourds problèmes de cordes vocales l’ayant poussé à annuler plusieurs concerts en 2019… avant de s’éclipser de la scène musicale. Adèle est fatiguée ; elle réclame de la tendresse. Vieillir et entrer dans l’âge adulte sont devenus choses douloureuses pour les jeunes d’aujourd’hui.

Si on devait comparer Easy On Me aux autres morceaux phares des albums précédents, c’est indubitablement un bon titre. Pas original, certes, puisque la mélodie se résume à un piano asséché, mais néanmoins réchauffé d’une pointe d’espoir. La superbe voix d’Adèle creuse le sillon du mélodrame, un registre qu’elle connaît trop bien, contrairement à sa petite sœur Birdy, plus délicate et polyvalente. Un titre accrocheur, sans non plus être trop huilé comme l’ostentatoire mais épuisant Hello, dont il était facile de passer de l’amour à la mésentente au bout d’une quarantaine d’écoutes passives. D’ailleurs, elle retrouve à l’occasion un autre surdoué fragile de la réalisation, le metteur en scène Xavier Dolan (actuellement à l’affiche du féroce Illusions Perdues), pour signer une vidéo léchée et proprette comme on l’attend d’un artiste de cette trempe. Nous y voyons la belle britannique, quelques années de plus, mais plus belle encore – s’émacier, un bienfait de la séparation ? – , égrainer les souvenirs d’un couple qui n’est plus après une visite impérieuse de l’ancien foyer de campagne. Les souvenirs se réveillent, et Adele vient à se réconcilier avec elle.

Pourquoi aura-t-il fallu attendre six ans ? Easy On Me fait référence au ratage de son mariage avec Simon Konecki, soldé par un divorce assez onéreux en 2019 puisque le coût s’évaluait à près de 200 millions de dollars… et un enfant. Un couple qui aura tout de même duré sept ans : une performance rare de nos jours. Loin de là l’idée de se transformer en tabloïd, mais la perméabilité entre vie artistique et vie personnelle n’existe tellement plus que l’avancer est obligatoire pour en saisir les enjeux, d’autant plus que le sujet est exposé de manière évidente par la chanteuse. Ceci explique donc un album qui aura vécu une gestation longue. Easy On Me parle de la nécessité de se délester de l’amertume comme on abandonnerait un meuble. Elle semble s’adresser à son ex-concubin dans des termes dénués d’aigreur, avançant joliment sa jeunesse de l’époque et la frénésie du succès comme venin du couple :

I know there is hope in these waters / But I can’t bring myself to swim
When I am drowning in this silence / Baby, let me in
Go easy on me, baby / I was still a child
Didn’t get the chance to / Feel the world around me

Et malgré cela, on est relativement éloigné de l’imbuvable (même s’il reste percutant) Someone Like You ou de l’écœurant Rolling in the Deep, preuve s’il en est qu’elle s’est racornie depuis. Le véritable déception avec Adele – et c’est probablement pour cette raison qu’elle n’a toujours pas été reconnue comme une reine soul par la critique, malgré sa puissance de voix – est que celle-ci n’aura occupé qu’un unique terrain musical en 15 ans, celui du tragique existentiel et du mal-être amoureux féminin, à défaut d’en découvrir d’autres. Contrairement à l’indétrônable Amy Winehouse à qui on l’a rapprochée tant à ses débuts. Finalement, elle est dans une situation assez similaire à Lana Del Rey, engoncée, elle, dans une musique de poupée de cire. Dans le clip, la caméra de Dolan passe pour la métaphore d’un noir et blanc hanté à un retour soulageant des couleurs. De toutes les formes artistiques, la chanson est celle où la vie – tout court – influence et moule le plus sa création. D’autant plus à une époque où l’on confesse tout ouvertement. Il est certain que ce morceau de vie déteindra sur un album clair-obscur, 30 ans correspondant peu ou prou à l’entrée dans l’âge de raison des milléniaux. Alors qu’elle évoque un morceau de vie probablement plus tragique que les amourettes contrariées tout en pataquès de la vingtaine, Adele se décharge ici de l’esprit de sérieux larmoyant qui alourdissait les morceaux évoqués pour (peut-être) tendre vers autre chose. Petite pensée à Konecki qui ne verra probablement pas tomber un seul royalty dans sa poche.

Depuis la sortie du morceau, des millions de vues ont plu sur YouTube. Après un tel succès (24 millions d’écoute rien qu’en Grande-Bretagne), la plate-forme n’a pas tardé à voir une profusion de reprises et remix amateurs surgir. Nous ne pouvons nous empêcher de vous partager celui qui semble le plus réussi, celui de Louis La Roche, producteur et DJ reconnu de la scène french touch anglaise. Comme ce dernier l’aime à faire dans sa musique, il n’a pu s’empêcher de faire fleurir quelques sonorités éclatantes de synthé sur l’armature frugale de l’original, le transformant ainsi en petite balade sucrée 80’s, celle qu’on aurait pu entendre dans n’importe quel feuilleton ou romance de cette ère. De quoi faire attendre les fans de la princesse avant l’arrivée prochaine de l’album, que l’on espère un peu plus radieux et triomphant que les autres une fois la parenthèse du couple fermée. Et cela sans tomber dans l’excès inverse d’une Ella Eyre débonnaire. Easy On Me pourrait alors être le morceau idoine de la transition. Et pour ceux qui craindraient se morfondre encore une demi-décennie de plus pour l’album qui lui succèdera, bonne nouvelle : les bruits de couloir disent qu’elle aurait un nouveau mec.

close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Plus d'articles de Dorian Fernandes
[Clip] – All I Want, c’est du Boys Noize !
Les réseaux sociaux vous rongent la vie ; les téléphones intelligents vous...
Lire la suite
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *