Italians do it better : les DayDream Three vivent un jour exceptionnel

Daydream Three - The Lazy RevolutionExceptional Day : Aucune référence à la victoire des coéquipiers de Marco Veratti à l’Euro 2020/21, mais simplement la description électrisée et incandescente d’une “sensation” éprouvée face à un environnement familier, des réminiscences enfantines mais aussi le sourire et le regard de l’être aimée. C’est toute la subtilité poétique qui se dégage de ce remarquable deuxième extrait de l’album des Italiens de DayDream Three qui sortira en octobre.

Ce jour exceptionnel composé par le chanteur et leader du groupe Enzo Pepi évoque immanquablement le shoegaze des oxfordiens de Ride, période Nowhere. On y trouve la même dextérité, la même évanescence incertaine, le même brouillard sonique, et une forme de grâce produite par le déferlement d’électricité, sur fond de chant angélique et de textes adolescents. C’est beau comme du The Cure, bruyant comme du My Bloody Valentine et surtout plein d’énergie et de désir. Le texte est magnifique d’abstraction, tout en restant très intelligible.

The sky is purple. Any distractions on this exceptional day. /
Any distractions, any distractions, drops of dew are still caressing the leaves./
The scent of the oil is delicate, it reminds me my family’s farm. On this exceptional day the smell of burning wood, the smell of meat on the fire. /
Any noise distracts me, just the sound of your voices my friends. /
On this exceptional day, when you smile, your eyes shine. /
Any distractions, because your hair smells of spices.

La chute, sur une chevelure baudelairienne aux senteurs d’épices, est un bonheur. Par rapport à Ride justement, on sent aussi chez les Italiens une influence plus lointaine et brutale, écho de Jesus and Mary Chain pour l’organisation des couches et le sentiment de menace qui plane sur le morceau, ou Dinosaur Jr pour la rage et le déchaînement. The Lazy Revolution, le deuxième album du groupe, succède à DayDream, sorti en 2019 sur le label Noja Recordings. Les observateurs de la scène transalpine auront pu croiser Enzo Pepi au sein des formations Twig Infection et The Pepiband. A noter qu’un premier morceau, Supermarket, avait déjà été dévoilé plus pop et caractérisé par cette même production savamment brouillonne qui donne aux enregistrements de ce groupe un air mystérieux et une belle patine slacker rock droit venue des années 90.

close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Plus d'articles de Benjamin Berton
Détente Grecque avec Louis Arlette
On n’a pas encore écouté l’album, Arbre de Vie, du chanteur français...
Lire la suite
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *