Johnny Mafia, ces grands sentimentaux

Johnny Mafia - SentimentalAvec un nom pareil, difficile d’imaginer autre chose qu’un bon vieux groupe de rock le cul entre deux chaises, entre révérence et second degré. De fait, Johnny Mafia, groupe de Sens dans l’Yonne qui se prépare à sortir d’ici un mois son 3ème album, Sentimental (on peut toujours y croire), sur le label francilien Howlin’ Banana n’a pas du tout l’intention de trancher. Il n’a jamais été impossible de faire sérieusement du rock tout en déconnant en même temps. S’éloignant quelque peu de leurs racine garage pour occuper le terrain d’un college rock US tout aussi référencé (des Pixies de Surfer Rosa au Weezer du premier album, le bleu, en tête) qu’il est brut et jouissif, les Icaunais expédient la plupart du temps en moins de 3 minutes les 13 titres d’un album dynamite lourdement armé à l’image d’un combo basse-batterie absolument dantesque.

Après l’ultra efficace, I’m Sentimental et son émouvante vidéo digne des meilleures séries Z, le groupe sort ce vendredi Trevor Philippe, second extrait de l’album. Clippé par Nathan Bouam, ce plan séquence déglingué en dit long sur l’atmosphère qui règne autour du groupe. Rien ne manque dans cette ambiance kermesse, du micro-karaoké à la mythique Motobécane AV88 (bleue, évidemment), merguez et kro pas forcément fraiches, flipper et parties de baby endiablées sans oublier le concert pépère dans le hangar que Johnny Mafia s’empresse de dynamiter avec un malin plaisir et un magnifique solo de taping en guise de feu d’artifice. L’ambiance jubilatoire d’un samedi après-midi au terrain.

N’attendez de Sentimental aucune réinvention du rock. Comme tant d’autres avant, Johnny Mafia n’a pas d’autre intentions que de cogner, fort, généralement vite et surtout très bien et de vous offrir la bande son des prochains barbeuc’ estivaux, options foot endiablé et bain dans la rivière en prime.

close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Mots clés de l'article
, , ,
Ecrit par
More from Olivier
Ça plane pour Ossayol
Si vous vous sentez l’âme mélancolique, prête à vagabonder à la première...
Lire la suite
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *