Le retour en grâce d’Epic45

Epic45 - Cropping The AftermathIl y a quelques mois à peine, epic45 publiait We Were Never Here, exercice délicat de bande son pour accompagner un recueil de photos – à moins que l’intention soit à l’inverse. Le duo anglais délivrait quelques belles plages méditatives, en écho à son environnement industrialo-pastoral qui constitue sa principale source d’inspiration depuis vingt ans (déjà).

Malgré toutes les qualités qu’on pouvait trouver à cet album comme à ses prédécesseurs, on se languissait d’entendre de nouvelles chansons dans la veine de In All The Empty Houses (2009), dévoilant les inflexions pop de Ben Holton et Rob Glover, enfants des années 80 et fan de Tears For Fears (dont ils ont repris Ideas As Opiates) comme de l’électro-post-pop de Disco Inferno. Alors imaginez notre excitation à la découverte de Buildings Aren’t Haunted People Are expédié sans tapage pour annoncer la parution de Cropping The Aftermath ! Une intro évanescente confinée dans une mélancolie poissarde et bing, des grosses guitares, une rythmique télescopée et une mélodie qui enfle, qui enfle quand le chant au second plan est une complainte à peine contenue. Whaou ! Vingt écoutes d’affilée minimum avant qu’on puisse se ressaisir et desserrer un peu les poings.

L’album, qu’on espère de la même intensité, ne parait que le 23 octobre 2020 (ô que cela va être long !!) mais il est déjà possible de le précommander, comme de coutume sur la propre structure du groupe : Wayside And Woodland Recordings.

Ecrit par
Ecrits aussi par Denis

New Order se la joue Rebel (pantouflards)

Dans un excès de clémence pour l’un de nos groupes favoris, on...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *