Louis Piscine / Les vacances EP
[À L’aphélie]

4 Note de l'auteur
4

Louis Piscine - Les VacancesA–t-on besoin de musique sympa ? A travers l’exemple solaire du premier EP de Louis Piscine, expliquez pourquoi écouter de la musique évoquant l’oisiveté, l’été et des choses positives peut (ou pas) avoir une utilité sociale et procurer du plaisir… Vous avez 45 minutes.

1ère partie. Il y a le nom d’abord, Louis Piscine qui évoque… l’eau, la baignade, l’été. Le chanteur arbore une moustache et une chemise qui lui donnent un look contemporain tout à fait intéressant, sorte de fusion entre notre héros Thomas Magnum (le pote de Higgins) et Mathieu Amalric (l’acteur plombant). Et puis la musique bien entendu. Ça commence ainsi : « Demain, je viendrai te chercher à la gare au train de midi 52. J’ai regardé la météo. Il fait beau, on pourra se baigner dans la piscine. » Le single qui emmène ce EP 4 titres donne le ton. Louis Piscine pratique la musique les pieds dans l’eau, une sorte de pop post-Philippe Katerine, post-Tricatel, inoffensive et complètement tournée vers l’évocation de sentiments de plénitude, de liberté ou d’amour fou. Selon les titres, l’artiste évoque l’élégance dandy de Bertrand Burgalat, le tempérament de chien fou d’un Jean-Louis Aubert à la conquête de la France FM ou la folie domestiquée et aseptisée d’un Higelin. L’accompagnement est rétro-pop, clavier vintage, guitare sautillante et rythmique à la cool. On pense à Daniel Darc parfois mais dans une version qui n’en aurait retenu que l’aspect (accessoirement) catchy. Les Vacances est un titre fort, joyeux, marqué par une volonté de décrire avec application la sensation d’émancipation qui accompagne le départ en vacances. C’est en soi une réussite complète, une feel good song nonchalante et désinvolte. Always est à cet égard plus contestable. L’amour est déchiré par de dangereuses zébrures de guitare électrique. Le chanteur s’époumone en réclamant un amour qui visiblement lui échappe. La chanson est évidemment détraquée et ne procure pas tout le réconfort que son programme de départ annonçait. Il n’est pas certain à ce stade que Louis Piscine soit celui qu’on croit. Possible qu’il soit pervers et que, derrière son côté sympa, il cache un gars malsain, voire triste du cœur. Heureusement pour le bonheur, Easy Love revient en 2 minutes et 32 secondes à de bien meilleures intentions. La facture seventies de la chanson nous propulse immédiatement dans la France de Giscard, celle des pornos joyeux et du tossing d’ascenseur. Un rêve éveillé. Voilà une chanson qu’on aurait aimé pouvoir écouter dans le Concorde. Mais est-ce vraiment ce que l’on veut ? N’y a­-t’il pas un danger à écouter ce genre de musique alors qu’Emmanuel Macron s’apprête à réformer le code du travail ?

2ème partie. Si la musique de Louis Piscine est sympa et peut renvoyer aisément à des sensations agréables, notamment en nous projetant dans un passé radieux et moins exposé, sa bonhommie et son allégresse de façade peuvent angoisser et, au contraire, étouffer toute velléité d’être heureux dans le présent de l’époque. Le quatrième morceau du EP s’appelle Bye Bye La Routine. Il ressemble à du Bashung. Le chant surtout semble modelé sur les morceaux les plus pop de notre grand disparu. Louis Piscine (sur)joue la même excitation d’avant-refrain, le côté rock appliqué à une ambition variété manifeste. Et c’est vachement bien fait. Malgré tout, il faut avouer que c’est sans nous. Cet EP va faire l’ordinaire des magazines à la con, des trucs de filles de plage et vaguement branchouzes. La Pop En Marche. C’est vraiment ce qu’on veut. Ça n’est que du toc en stock, du stuc, de la poudre aux yeux. On a beau se la jouer cool et trouver cela amusant deux secondes, il se trouve qu’on en a rien à foutre des chouchous, des beignets et des gens qui dansent en boîte de nuit. De toute façon, on a jamais aimé le sable, le soleil et encore moins la mer (quand il s’agit de s’y baigner avec un slip poilu). Ce n’est pas qu’on veut du mal à Louis Piscine et à ce genre de musique de saison mais on ne s’est pas spécialisé dans un tas de trucs déprimants pour avoir à subir cela. C’est le double effet amer : non seulement, on ne s’amuse pas, mais cette musique surannée renvoie par contraste violemment à la misère du temps, au danger d’être au monde, à l’hostilité sociale et économique dans laquelle évolue la France qui n’écoutera pas ce disque. Mieux vaut se farcir un machin de Patrick Sébastien, plutôt que ce disque hybride, savamment décérébré, si on veut jouer à l’abruti.

Non. La réponse est non. Mais on pourra déconner avec Louis Piscine en s’ébrouant la calvitie avant de se faire un cocktail Ronaldo sur le bord de la terrasse lounge. Tant qu’il y a des culs à mater, il y a de l’espoir.

Tracklist
01. Les vacances
02. Always
03. Easy Love
04. Bye Bye la Routine
Ecouter Louis Piscine - Les vacances EP

Liens
Ecrits aussi par Benjamin Berton

Undermathic / Living Holograms
[Atypeek Music]

Sorti en catimini une première fois il y a un peu plus...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *