Mazoha met en ligne un (bon) titre en soutien aux sinistrés grecs

Mazoha

C’est un morceau empli de colère et de détresse que vient de mettre en ligne Jimmy Polioudis aka Vagina Lips aka Mazoha en réaction aux incendies qui ravagent actuellement le pays et plus spécialement l’île d’Eubée. Plus de 50 000 hectares ont été ravagés sur cette seule île qui se situe à à peine de 200 kilomètres d’Athènes, portant à une centaine de milliers d’hectares les dégâts d’un été particulièrement actif, en raison de la chaleur et des vents violents qui ont entretenu les flammes. Ces 100 000 hectares sont à rapprocher des 2300 hectares de moyenne qui brûlent depuis plus de dix ans, ce qui fait du cru 2021, un été qui en vaut quasiment 50.

La chanson de Mazoha est violente, habitée par les visions cauchemardesques de tout ce qui est perdu, par la chaleur qui abrutit (on a utilisé google trad pour comprendre les textes!) mais n’esquive pas la question des responsabilités politiques. Le titre dénonce en effet l’inaction du pouvoir grec qui est pointé du doigt pour n’avoir pas mobilisé suffisamment vite les ressources du pays. De fait, ce sont les chypriotes  et d’autres pays qui semblent avoir fourni le plus de troupes pour assister les habitants d’Eubée, dont 3000 personnes ont été évacuées ces dernières heures. « Pays« , chante Mazoha, « où les voleurs prospèrent ». Sur fond de crise économique, d’une politique réformiste qui continue d’aggraver les différences sociales, le texte de Mazoha est aussi fort que son mélange de punk et de synth pop années 80.

Les bénéfices du morceau (un lien pour des dons est associé au YouTube et au titre sur Bandcamp) seront reversés aux sinistrés.

close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

More from Benjamin Berton
Réédition prochaine : Cheval de Frise mérite une redécouverte
Après la réédition des disques de Sloy, c’est un autre groupe (un...
Lire la suite
Join the Conversation

2 Comments

  1. says: Dorian Fernandes

    C’est vrai que le titre tabasse et sent la colère à plein nez. Mais je ne sais pas vous, mais j’ai l’impression de reconnaître… « Maniac » de Michael Sembello! Oui oui, le morceau figurant dans « Flashdance ». On dirait que la ligne musicale s’est vu accélérée et rhabillée. Connaissant les références très synthpop de Mazoha, cela ne m’étonnerait pas tant que cela.

Leave a comment
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.