Qui vivra, IRAH

 IRAH - Diamond GridEn signant IRAH, le label danois Tambourhinoceros poursuit son indéfectible soutien à la scène locale, privilégiant le travail de proximité à la défense d’un style particulier. D’ailleurs, ses 3 têtes de gondoles The Entrepreneurs, Palace Winter et Efterklang couvrent un spectre musical très large.

Cette fois-ci encore, il s’agit d’une autre voie – très sinueuse, très alambiquée. En effet, impossible de catégoriser IRAH, tant Diamond Grid poursuit différentes pistes.

Sur le single Siu Hinama, le trio se présente comme un groupe trip-hop hybride, assez loin de l’esprit très Cocteau Twins / Enya / Dead Can Dance entendu sur leur premier album Into Dimension (2016) enregistré par Stine Grøn (chant) et Adi Zukanović (synthétiseurs). Le duo originel, conforté désormais par Sebastian Rochford à la batterie (collaborateur de Polar Bear, Patti Smith, Brian Eno), livre un morceau barré, aussi énigmatique que Ný Batterí de Sigur Rós repris par Massive Attack. La batterie télescope un gros beat électro comme autant de coups de tonnerre dans un ciel menaçant, pendant que la jeune femme décoche des éclairs vocaux. Déjà au loin, l’orage s’est dissipé pour laisser place à une belle éclaircie dreampop. Mais, ça, c’est pour plus tard. Rendez-vous le 24 mai 2019.

Diamond Grid sortira le 24 mai.

 

Tracklist
01. Dream Self
02. Siu Hinama
03. Matrix
04. Unity of Gods
05. Polluted Hearts
06. Cinematic
07. Worship The Sun
08. Breath
09. Sui
Liens
Ecrit par
Ecrits aussi par Denis

On n’est jamais perdu en écoutant Maps

En voilà qu’on ne peut taxer d’opportunisme. Cela fait déjà plus d’une...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *