Festival Television Personalities : une vie de reprises… des Tindersticks aux Kitchenettes

Mummy, Mummy Please Look At Me: A Tribute to the Television PersonalitiesL’immense mouvement de reconnaissance et de réévaluation du travail de Daniel Treacy amorcé par la parution du sublime Dreamworld de votre serviteur (!) prend des proportions chaque jour plus visibles et qui mèneront (comme prévu) au tournage d’un biopic hollywoodien d’ici 2030. Après le superbe Tribute To The Television Personalities : Mummy, Mummy, Please Look At Me, orchestré il y a quelques mois par le label américain Dandy Boy Records, c’est le groupe branché The Tindersticks qui, de sa Creuse lointaine, balance une honorable (mais un peu longue) version de You’ll Have To Scream Louder, monument du bon Daniel tiré de son album noir composé avec Joe Foster, The Painted Word.

“Yes I know you’re unhappy
Yes I know you’ve been crying
Can’t you see by my eyes
That I’ve been crying too
But you’ll have to scream louder
Because no one is listening
You can scream, you can shout
Don’t expect to be heard
You’ll have to scream louder
You’ll have to scream louder”

On a beau trouver Stuart Staples très sympathique et la démarche tout à fait réjouissante : “je me faisais tellement chier en Creuse que je me suis retrouvé hanté par cette chanson….. dont j’ai fait la reprise en deux minutes”, raconte Staples, soit en version originale un peu plus élaborée : “Late May, early June 2020 was a twitchy and angry time for many of us. There was a growing agitation inside of me. I woke on a Saturday morning with no plans but just this fucking Television Personalities song going round in my head, it pushed me into the studio. 4 or 5 hours later I had made the basis of this recording, though I had to wait for windows of opportunity within our confinement to work with the band to bring it to a conclusion. I have loved the TVPs since buying the Bill Grundy e.p. with its photocopied sleeve on one of my regular after school bus trips to the Virgin record shop in a basement on King Street, Nottingham. Some years later, in 1984, I was living around the corner on the 17th floor of Victoria Centre flats, they swayed in the wind. I was working a few days at a local record shop and The Painted Word was released. It became at the soundtrack to that semi-slum, those times. I was 19….” (source : Facebook du groupe)

… la reprise est INFINIMENT inférieure à l’original, beaucoup plus flippante, angoissée et expérimentale. L’utilisation de l’écho et de la distorsion par Joe Foster (l’homme qui a produit le premier disque des Jesus and Mary Chain, ne l’oublions pas) renvoie à l’anxiété de la jeunesse de l’époque exposée à la menace nucléaire, au Thatchérisme et autres joyeusetés. La version des Tindersticks est appliquée, virtuose et beaucoup trop caressante pour ce qu’elle a à exprimer. Mais peu importe…

Pour les amateurs, on préférera renvoyer aux 13 covers de la compil Dandy Boy (à écouter ci-dessous) qui comprend quelques très belles pièces avec en tête un The Kitchenettes impeccable sur Engine Driver, l’une des plus belles chansons du groupe, et un très réussi Scream Quietly par les obscurs Revolution Above Disorder. Il faut écouter l’aventureuse version à la Kraftwerk du I Know Where Syd Barrett Lives de Zache Davis pour n’avoir qu’une seule envie : revenir aux version originales.

Comme Noël approche et parce qu’on n’a pas eu le temps d’en parler, les plus acharnés pourront se procurer le dernier volet de l’intégrale des singles du groupe, sorti pour le disquaire day plus tôt en 2020, qui couvre la période 1994-1999, Some Kind of Happiness. C’est chez Fire Records et c’est toujours très très bien fichu.

On préfère prévenir : on n’a pas fini d’entendre parler du groupe. Mieux vaut s’y préparer. On attend en 2021 des cover versions de U2, Calogero et Aya Nakamura qui permettront à Treacy d’être transféré à vie dans un EHPAD au Qatar.

https://www.youtube.com/watch?v=VZR3S3_bmYk

close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Ecrits aussi par Benjamin Berton

Friday I’m In Love par Strange As Angels : mais pourquoi ?

S’agissant de The Cure, on est généralement prêts à tout. Attendre un...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *