Noel Gallagher’s High Flying Birds / This Is The Place
[PIAS]

4.8 Note de l'auteur
4.8

Noel Gallagher's High Flying Birds - This Is The PlaceUn Gallagher en chasse l’autre mais ce n’est toujours pas le Pérou chez les anciens Oasis.  Après un premier EP plutôt pas mal en juin (Black Star Dancing), Noel Gallagher continue, à la tête de ses High Flying Birds, à rudoyer son style en creusant une veine psychédélique dans laquelle il pourrait bien finir enseveli corps et âme s’il n’y prend pas garde.

Son nouvel EP de Noël (jeu de mots) annuel s’intitule This Is The Place et présente trois morceaux inédits ainsi que deux remixes à l’ancienne, c’est-à-dire majoritairement affreux et inintéressants au possible (qui ne font qu’enlaidir des titres déjà pas fameux). En tête de gondole de cette rénovation stylistique, on trouve donc un assez moyen This Is The Place, sorte de mixture post-psychédélique, vaguement électro, qui ressuscite les fantômes des jams somnambules enregistrés par les Stone Roses au temps de leur splendeur finissante. Gallagher y chante avec des choeurs féminins, des paroles qui n’expriment pas grand chose. L’imitation de Primal Scream est faiblarde et l’ensemble qui ne dure pourtant que 4 minutes et quelque chose, ennuie dès la répétition du motif principal. Le groove est daté, très loin de l’ambiance Madchester qu’il s’amuse à ressusciter et encore affaibli par un break central furieusement old school. Le morceau gagne à être suivi avec l’excellent clip qui va avec, seul moyen de passer sous silence ses lacunes et de prendre un certain plaisir à l’entreprise. A défaut d’être décisif, le morceau définit un univers esthétique, musical et visuel, qui se tient et qui, pris comme cela, est plutôt satisfaisant.

A ce demi-ratage succède un morceau moins « innovant », A Dream Is All I Need To Get By, énième piste à la Lennon, œcuménique et plutôt pas mal troussée qui constitue finalement le principal attrait de cet EP. Le morceau est mené intelligemment et exploite correctement la légèreté empreinte de déjà entendu de la mélodie. Le chant est simple mais efficace pour un résultat sans grande surprise mais très agréable à l’oreille. Deux minutes trente nous auraient suffi mais psychédélisme oblige les High Flying Birds nous en offrent le double pour le même prix, de quoi faire apparaître tout de même l’absence de génie du morceau.

Cela permet d’apprécier à sa juste absence de valeur le troisième inédit du lot : un Evil Flower aussi ridicule que mal inspiré, qui concentre sur sa personne musicale tous les tics de cette tentative. Entre l’électro archétypale et sans intérêt, les voix mal placées, le côté rentre-dedans surjoué, il n’y a vraiment rien à sauver ici, ce qui est vraiment dommage tant les dernières tentatives des High Flying Birds nous avaient plutôt convaincu de la volonté de l’aîné des Gallagher de se remettre en question et d’aller voir plus loin que le bout de son fret.

En trois morceaux et deux horreurs, on n’est presque certain qu’il n’y a pas grand chose de consistant à retirer de tout cela. Avec d’un côté Liam qui chante comme un notaire et de l’autre un Noel qui est à court d’idées, on va finir par vraiment espérer une reformation d’Oasis pour relever le niveau.

Tracklist
01. This Is The Place
02. A Dream Is All I Need To Get By
03. Evil Flower
04. This Is The Place (Dense & Pika remix)
05. Evil Flower (The Reflex Revision)
Lien
Ecrits aussi par Benjamin Berton

FORM appuie sur la détente avec Trigger, son nouveau clip

Auteurs d’un beau premier EP, Underwater, il y a un peu plus...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *