Terri vs. Tory / Heathers
[El Genio Equivocado]

7.9 Note de l'auteur
7.9

Terry vs. Tori - HeathersLe culte de la discrétion a encore de sacrés beaux jours devant lui dans le petit monde souterrain de la pop indépendante. Prenez Heathers, premier album de Terry vs Tori : un nom, un titre de disque et au dos, 10 titres de chanson, le nom du label (le barcelonais El Genio Equivocado), un code-barre, merci et au revoir. Rien. Rien d’autre. On ne saura rien de plus sur ce disque, ni là, ni à l’intérieur. Alors de la même façon qu’il y a 30 ans on courrait les fanzines pour savoir qui était ce Kevin à la basse ou si Tom le chanteur était bien le même que celui de cet autre groupe, c’est aujourd’hui sur les internets et les réseaux sociaux qu’il convient de flâner plus que dans les bacs des disquaires pour en savoir plus sur les auteurs de ce petit vent de fraicheur pourtant venu de là où les œufs au plat cuisent sur les capots des voitures, Seville, Andalousie. Signe des temps, on en apprend donc finalement plus sur Terry Vs Tori et son label sur les pages Facebook ou Instagram du groupe, sur son Bandcamp que sur le disque en lui-même. Mais pour qui suit de près l’actualité pléthorique de l’international pop underground version 2.0, les sévillans ne sont pas non plus complétement inconnus. Remarqués dès leurs débuts en 2016 par un morceau génial, sorti à la fois sur une compilation numérique du label Beko, la bien nommée Beko Summer 2016 et sur le premier ep éponyme du groupe, ce Hit And Miss était une de ces perfect pop songs dont il n’est pas toujours facile de se relever. De fait, force est de constater que les ep suivants, s’ils demeuraient frais et intéressants, peinaient à renouveler l’exploit et on pouvait donc s’interroger sur la capacité du groupe à tenir la distance d’un album entier.

Balayons d’emblée la question : la barre placée par Hit And Miss est visiblement trop haute pour être dépassée et ça ne doit pas être un problème car le quatuor sévillan a bien d’autres atouts. Bien dans son époque, celle de nombres de jeunes groupes dont nous aimons relayer l’actualité ici, Terry vs Tori voue aux années 80 et 90 une véritable passion : esthétique visuelle tout d’abord, à coup de pop art criard et de looks travaillés mais aussi une esthétique musicale qui doit autant à la pop indépendante qu’aux nouveaux romantiques de Top Of The Pop. Que l’on trouve cela mignon ou agaçant, pertinent ou fatiguant, il n’en demeure pas moins intéressant de constater pour qui les ont vécues que ces années pourtant décriées ont laissé un héritage qui aujourd’hui passionne les jeunes générations, remettant en perspective l’idée que, s’il y a à toute époque du tri à faire, il serait complétement stupide de tout balayer d’un revers de la main pour passer à autre chose.

C’est que Heathers ne pourrait de toute façon pas être un album des années 80. De son époque, il a la plupart des marqueurs de la pop actuelle, avec un son ample, fortement dynamique où l’usage omniprésent de la réverb comme chez tant d’autres contemporains demeure un gage de légèreté intimement lié à une bonne dose de mélancolie. Grosse basse et cavalcades de guitares cristallines structurent l’ensemble des morceaux sur lesquels se posent la magnifique voix assurée et puissamment mélodique d’Erica Pender qui navigue dans le même registre qu’une certaine Sarah Cracknell. Les morceaux s’enchainent sans véritable temps mort, mais sans trop de variation non plus, à part peut-être Braille, plus synthétique ou Parallel Lines sur lequel le tempo redescend d’un cran. Mais au fond, et c’est là la belle réussite de ce disque, c’est que ce manque de relief ne nuit aucunement à son intérêt. Certain de ses qualités de composition et d’interprétation, Terry Vs Tori enchaine les morceaux sans baisser de régime, avec une étonnante régularité pour un groupe si jeune et propose un ensemble très homogène, trop peut-être, duquel se détache tout de même Psychic Readers qui décolle de façon magistrale dans une seconde partie vraiment brillante.

S’il est difficile de s’affranchir d’une première réussite frisant la perfection (mais qu’ils se rassurent, ils sont loin d’être les seuls à être victimes d’un tel syndrome) Terry vs. Tori montre qu’il est tout de même tout de même possible de s’en relever pour se bâtir petit à petit une discographie solide dans laquelle Heathers prend la place du premier album convaincant, même si on aurait aimé y trouver plus de variations. Il témoigne d’un savoir-faire vieux comme le monde (de la musique pop) que ces jeunes gens s’approprient avec un joli talent pour l’écriture de ritournelles efficaces et entêtantes, dont la légèreté devient vite essentielle. Si ce n’est pas encore un coup de maître, l’élève est en tout cas déjà bien doué.

Tracklist
01. Keepsake Box
02. Psychic Reader
03. Chambré
04. Ohio Blue Tips
05. Braille
06. Driving Fast
07. White Cliff
08. Cascals
09. Parallel Lines
10. Heathers
Liens
close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Ecrit par
Ecrits aussi par Olivier

Saint Etienne a tant de chose à nous dire

Voilà une bonne semaine que les abonnés aux réseaux du plus merveilleux...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *