The Pirouettes / Carrément Carrément
[Kidderminster Records]

1 Note de l'auteur
1

The Pirouettes - Carrément CarrémentAu cours d’une réunion, un ingénieur du son d’une salle de concert locale nous expliquait à quel point il portait en horreur “ces nouveaux groupes français gnan-gnan qui racontent des trucs tartignolles sans savoir accorder une guitare : une horreur à sonoriser et pourtant ils se permettent d’être prétentieux“. Après que tous les autres techniciens présents aient épuisé diverses anecdotes croustillantes, et parfois même hilarantes, à propos de groupes dont on taira les noms, on s’est fendu d’un beau discours pour défendre la pluralité en matière de pop, la prédominance de la sensibilité sur la technicité et alerter sur la possible confusion entre timidité et arrogance.

Et puis, comme certains journalistes s’étaient enthousiasmés sur les premiers singles de The Pirouettes, on se réjouissait d’écouter le duo sur la longueur de leur premier album, convaincu que ce groupe serait parmi ceux qu’on a envie de défendre, même devant nos amis qui n’apprécient rien de plus que les artistes qui dressent un mur du son sur scène.

C’est dire nos bonnes dispositions et notre bonne volonté à l’égard de Leo Bear Creek et Vickie Chérie dont l’album est annoncé depuis des lustres. On les voyait comme le couple mignon qui saurait abolir la retenue et le bon goût institutionnalisé avec grâce et malice.

Malheureusement, on ravale notre curiosité et nos bonnes intentions à grands coups de tatanes dans la gueule à l’écoute de Carrément Carrément (Kidderminster Records). La moue dubitative à l’écoute des synthés aigrelets du début de l’album se fige dans une horrible grimace après la douzaine de chansons qui répètent à l’envie la même recette. Et on aurait beau être bon clients de Mikado, Elli & Jacno, les tout premiers Etienne Daho, voire même Lio, s’infuser l’intégralité de ces quarante minutes est une gageure. Même si on perçoit les influences précitées, on ne peut pas s’empêcher de penser à Début De Soirée et un monceau d’horreurs entendues dans les années 80 (2016 – (En Ce Temps-Là) est-il un hommage délibéré à Michel Berger ?). Les plus tolérants pourront tester leur patience sur Soleil Rare ou encore Amoureux bourré de tics de productions dignes du plus mauvais r’n’b actuel… On a assez vite envie de sortir la sulfateuse. Pour ce qui est des textes, on vous conseillera Signaux aux allures de manifeste sociétal et politique. Grandiose.

La seule vertu de ce disque est de revoir à la hausse notre jugement sur Yelle. Malheureusement pour The Pirouettes, fort heureusement pour nous, il y a plein d’autres disques bien plus intéressants à écouter qui viennent de sortir.

Tracklist
01. Coup D’éclat
02. Carrément Carrément
03. L’escalier
04. Soleil Rare
05. Amoureux
06. Jouer Le Jeu
07. Signaux
08. 2016 (En Ce Temps-Là)
09. Je Nous Vois
10. Au Bord De L’eau
11. Dans Le Vent D’été
12. Grand Bassin
Écouter The Pirouettes - Carrément Carrément

Liens
close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.
En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.
Mots-clés de cet article
, ,
Ecrit par
Ecrits aussi par Denis

BirdPen Function au ralenti

Il faudra encore se montrer patient, mais la bonne nouvelle vient de...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *