Tristesse Contemporaine signe son retour avec Rude!

Tristesse Contemporaine - RudeOn attendait ça avec impatience : le grand retour de Tristesse Contemporaine, notre groupe français à trois têtes et trois nationalités préféré, qu’on avait laissé depuis 2017 et un album remarquable Stop and Start. Ce n’est pas comme si les membres du groupe s’étaient tourné les pouces pendant cinq ans. Entre Camp Claude, l’expérience Rocket Mike, Slove et le travail de Naomi avec Jeanne Added, par deux ou seuls, Mike, Leo et Narumi s’étaient rappelés régulièrement à notre bon souvenir, mais sans qu’on oublie ce qu’ils étaient capables de faire une fois réunis.

Le nouveau single, annonciateur d’un nouvel album qu’on espère écouter très très bientôt, avait été annoncé il y a quelques semaines sur les réseaux sociaux. On le tient désormais. Rude! est à la fois un morceau où l’on retrouve la signature caractéristique du groupe, le chant d’un Mike toujours aussi affûté, laidback et fascinant, mais aussi où Tristesse Contemporaine semble emprunter un virage dance et électro plus prononcé. Tristesse 4.0 est trance, grime et en tout cas en pointe sur ce qui se fait de mieux côté manipulation du son. Le morceau inaugure une collaboration à la production avec le jeune prodige de l’électro française Lewis OfMan.

Crédité à la composition et à la production, gageons que le jeune homme n’est pas étranger à l’extrême modernité du son de ce morceau entraînant et aux influences hispaniques marquées. Tristesse Contemporaine est rave et rumba à la fois, plus chaud que cold hier, plus international aussi. Les références gothiques ou cold semblent évacuées pour une approche hédoniste mais qui garde un fond de bizarrerie bien placé. Rude! est excitant, moderne et en deux mots très réussi. On attend clairement la suite avec impatience.

Lire aussi :
Tristesse Contemporaine à la pointe avec XRaver
Tube au cube : Tristesse Contemporaine chante l’England comme personne

close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

More from Benjamin Berton
Cannibale bouffe du lion à la bolognaise
Gageons que les membres de Cannibale ne nous en voudront pas tant...
Lire la suite
Join the Conversation

2 Comments

  1. says: Alaphasant

    En parlant de retour, Luke Steele, le génie australien de The Sleepy Jackson, qui a sorti 2 albums et une poignée de singles incroyables dans la première moitié des années 2000 et qui s’était fourvoyé par la suite dans la voie sans issue d’Empire of the Sun, revient sans prévenir avec un album solo absolument fantastique

Leave a comment
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *