Under The Bridge : la compilation qui ressuscite Sarah Records et la twee pop

Under The BridgeDe l’eau a coulé sous le(s) pont(s), c’est le symbole sous lequel se présente cette compilation qui donne des nouvelles de plus d’une dizaine de groupes (14 titres) ayant émargé il y a maintenant plus de vingt ans sur feu le label bristolien Sarah Records.

Léger, culte, pop mais aussi assez politique, Sarah Records est né fin 1987 avec l’idée (qu’on oublie trop souvent) de produire une pop de qualité à destination du plus grand nombre, dans un univers (le Nord de l’Angleterre) alors soumis au joug belliqueux et libéral de Margaret Thatcher. Le label incarna immédiatement et pour un run de plus de 30 albums, une vraie vision de l’indépendance faite rock : des pochettes à l’esthétique marquée (et limitée à 2 couleurs bien souvent pour des raisons de coût), une communication en mode fanzine, mais un rayonnement sub-culturel bien réel. De ce côté-ci de la Manche, Sarah Records laissa plutôt un souvenir d’une pop scintillante et poétique, dominée par des guitares cristallines, et des voix (souvent féminines, un autre des engagements majeurs du label) aériennes, rassemblées dans un courant décrit comme « twee pop » dont il n’était pas le seul représentant mais qu’il incarna à la perfection…. jusqu’à trépasser en 1995, année de triomphe de la brit pop.

Avec cette compilation (déclinée en numérique et CD et donc baptisée Under The Bridge), le label SkepWax donne des nouvelles de groupes qui ont survécu à ces années là et continuent d’évoluer sous leur nom comme The Orchids, The Wake, St Christopher ou Boyracer. On suivra également avec intérêt les groupes recomposés ou les échanges de line-up de certains qu’on avait pu perdre de vue : on avait ainsi suivi The Catenary Wives (ex-Heavenly), JetStream Poney (ex-Aberdeen) mais complètement oublié ou négligé Leaf Mosaic (les anciens et magiques Sugargliders qu’on avait pourtant adoré à la folie) ou Sepiasound (Blueboy). Pas besoin d’être un archéologue de renom ou un spécialiste de l’ancien label pour passer sous ce pont là, on devrait, à l’image des quelques morceaux déjà mis en ligne, passer un excellent moment nostalgique (mais pas que….) en compagnie de ces artistes qui ont désormais les tempes grises ou dégarnies mais n’ont rien perdu de leur poésie et de leur talent.

Le projet est disponible via Bandcamp (player ci-dessous) pour une sortie prévue au 18 mars 2022…

close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

More from Benjamin Berton
[Chanson culte #45] – Dry (1992-1993)…. et Dieu créa PJ Harvey
D’aucuns diront qu’élever ainsi l’irruption de PJ Harvey sur la scène musicale...
Lire la suite
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.