Voix sensuelle de l’été : Katie Munshaw (Dizzy) trompe l’ennui au Canada

DizzyPrenez 3 frères bizarres (deux ont des moustaches), une jeune fille belle à se damner, trempez les dans l’ennui d’un bled paumé de l’Ontario et vous obtiendrez : Dizzy, le groupe le plus cool, ennuyeux, sensuel, sexy, triste et balancé de la saison 2018.

Le groupe n’a quasiment rien sorti jusqu’ici mais attise les convoitises et devrait faire grimper les enchères et l’envie lors d’une tournée des festivals qui s’annonce bien garnie. Dizzy, c’est donc Charlie, Alex et MacKenzie Spencer, flanqués d’une chanteuse comme tout adolescent la rêverait dans sa chambre de puceau, la jeune Katie Munshaw, voix et tête chantante du quatuor. Les quatre se sont rencontrés dans leur bled pourri où ils ont entrepris très vite, autour de leurs instruments, d’incarner l’ennui et la langueur monotone des classes moyennes, l’une des thématiques les plus porteuses de l’univers culturel néo-branché occidental. Un brin Cardigans (en plus chiant), un poil Beth Orton (mais en bande), un soupçon de Cocteau Twins (pour les guitares évanescentes) et zou : voici un précipité irrésistible de dream pop intemporelle qui se matérialise dans des titres aussi envoûtants (et interchangeables, of course) que Stars and Moons, Joshua, Swim ou Pretty Thing, leur dernier single en date. Cette pop suave, désincarnée mais étonnamment sensuelle, est irrésistible dans sa façon de tisser des harmonies et de faire des ronds de fumée. Sur scène, c’est évidemment l’atout charme Katie Munshaw qui fait la différence, mettant à genoux les spectateurs (mâles et blancs, comme de bien entendu), comme jadis une Hope Sandoval aux cheveux clairs.

Évidemment, il faudra attendre : d’autres chansons, un album à venir, d’autres concerts, avant de savoir si l’illusion sera prolongée ou si tout ceci n’était qu’un mirage. Comme disait l’autre, il faut laisser le charme agir. Dizzy fait tourner la tête. C’est bien le moins qu’ils puissent faire avec un tel nom.

Dizzy – Joshua

Dizzy – Swim

Crédit photo : capture d’écran du clip Pretty Thing

Mots-clés de cet article
, , , ,
Ecrits aussi par Benjamin Berton

D’Umberto à Umberto : le meilleur musicien pour le pire des mondes

Alors que son dernier album en date, le magnifique Helpless Spectator constitue...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *