Alain Chamfort chante (avec) la Grâce

Alain Chamfort - l'impermanenceIl ne faut pas chercher très loin, ni faire beaucoup d’efforts pour associer Alain Chamfort et la grâce. Ces deux là se côtoient depuis longtemps, au point qu’on en ferait bien des synonymes parfaits devant l’éternel. Ce n’est donc pas une surprise que d’écouter ce nouveau morceau, la Grâce, tout simplement sublime, et ambassadeur de ce qui est présenté comme « l’album ultime » du chanteur. Ultime comme optimum ou comme dernière production de tous les temps. Le titre du disque, L’impermanence, renvoie directement aux essais crépusculaires de Bashung, vers lequel lorgne sûrement l’ancien chanteur pour dames, désormais âgé de 75 ans. La musique repose sur un crescendo romantique très puissant qui vient soutenir et élever jusqu’aux cieux la voix abîmée et magiquement essoufflée du chanteur. L’impression d’envol est parfaite, Chamfort semblant livrer ici une sorte de dernière performance magistrale et… ultime.

L’impermanence suit Le Désordre des Choses, disque déjà très abouti et merveilleusement touchant, qui avait manqué de très peu chez nous le titre d’album de l’année en 2018. Il aura donc fallu plus de cinq ans à Chamfort pour y revenir, avec cette fois un disque bilan, et dont le gratin de la pop française vient soutenir le premier single dans son clip. L’album n’accueille pourtant et a priori aucun invité. Sébastien Tellier, avec lequel Chamfort a sorti en début d’année un EP 4 titres d’inédits, a travaillé avec l’artiste après l’enregistrement et la finalisation du disque, entamé pendant la période covid. L’album sort le 22 mars. Autant dire qu’on a plus longtemps à attendre pour découvrir la chose. La Grâce laisse présager un grand disque nostalgique et qui dresse le bilan d’une vie d’artiste. S’il s’agit bien du dernier enregistrement studio de cet artiste compagnon, on le souhaite le plus beau et éternel possible. On y revient bien sûr.

Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

More from Benjamin Berton
[L’Album Idéal #5] – Morrissey / England Was Mine
C’est là que l’exercice prend tout son intérêt. Des douze albums studio...
Lire la suite
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *