Bonne surprise du mois : Baston envoie un singe dans l’espace

Baston - PrimatesA force d’écouter n’importe quoi, on ne souvenait plus à quel point c’était bon d’écouter du post punk à l’ancienne. C’est justement ce que propose le groupe français Baston avec ce premier extrait tiré de leur premier album à venir le 29 novembre.

Baston, c’est un groupe breton (brestois plus précisément) qui émarge pour cette première tentative chez les excellents Howlin’ Banana, et qui s’était déjà signalé il y a quatre ou cinq ans avec un EP  intéressant appelé Gesture. L’album (sur lequel on reviendra bientôt) est un disque sous haute influences post-punk/krautrock, entendre pas folichon, ni conçu pour faire tourner les serviettes. La basse est impressionnante de profondeur et de noirceur, tandis que le groupe tisse des ambiances gothiques et cold mais également mélodiques et aériennes. Vous nous voyez venir : c’est le moment où l’on va aligner les références incontournables du genre. Un poil d’Editors des débuts (pas ceux en phase terminale) pour l’allant et la résonance avec l’actualité, un poil de Motorama (parce que c’est toujours cool de citer Motorama, non ?) et bien sûr de faux airs de Joy Division (la basse, la basse, la voix de Maxime Derrien). Si on mettait 10 centimes d’euros dans une tirelire à chaque fois qu’on les cite, ceux-là, le cochon serait gros comme un lardon.

Enfin bref, Baston sonne bon et sonne froid mais surtout juste. Les titres de l’album renvoient du reste plus à une influence orientale (Allemagne, Pays de l’Est, à l’image du clip très réussi de Primates en mode soviet suprem vs la Conquête de l’Espace) qu’à une influence anglaise. Le premier morceau s’appelle Drang Nach Osten. Tout un programme. On trouve également un exceptionnel montage de Christophe Hondelatte consacré aux serial-killers et autres meurtriers de masse intitulé Viande, qui prend une tournure plus expérimentale. On n’en dira pas trop pour le moment mais on tient avec ces trois (?) là l’un des albums français les plus consistants et rigoureux de l’année. Olé.

Mots-clés de cet article
, ,
Ecrits aussi par Benjamin Berton

Leonard Cohen / Thanks for The Dance
[Columbia Records]

Après l’album des adieux en 2016, You Want It Darker, voici l’album...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *