[Clip] – PJ Harvey, le retour de la reine mystérieuse et magnifique

PJ Harvey - A Child's Question, AugustC’est toujours avec une certaine effervescence qu’est accueillie la nouvelle d’un imminent prochain album de l’indie queen PJ Harvey. Non pas qu’elle se fasse rare, au contraire : depuis la sortie du très bon Hope Six Demolition Project il y a déjà 7 ans, Island records lui a largement fait occuper le terrain et le tiroir-caisse en ressortant la quasi intégralité de ses albums en version démo. A l’heure où est annoncé I Inside The Old Year Dying pour le 7 juillet prochain, on comprend à la surprise de voir qu’il sortira sur Partisan Records (Cigarettes After Sex, Fontaines D.C., IDLES) qu’il s’agissait en réalité du chant du cygne d’une relation historique entamée il y a 30 ans avec Rid Of Me. PJ Harvey reprend donc un peu d’indépendance mais n’en perd pas moins son sens du teasing qui tient en haleine ses fans depuis une bonne semaine, récompensés de leur patience ce 26 avril par un premier extrait après avoir la veille accueilli avec enthousiasme la révélation de la superbe pochette de l’album… et comme il est dorénavant d’usage, l’ouverture des pré-commandes.

A Child’s Question, August est donc ce morceau découvert il y a quelques jours sur une courte et prometteuse capsule réservée aux réseaux sociaux, filmée en studio et sur laquelle PJ Harvey grattait avec élégance une Telecaster distordue, promesse d’un morceau électrique aux sonorités très « indé ». Promesse tenue. Enregistrée avec les fidèles Flood et John Parish, accompagnée au chant par l’un de ses plus grands fans, l’acteur anglais Ben Wishaw (le nouveau Q chez James Bond depuis Skyfall), la chanson est un mélange de la mélancolie toute britannique de The White Chalk et de la noirceur électrique de The Hope Six Demolition Project. Concis et lancinant, cheminant sur un rythme merveilleusement monotone, à peine modulé par un discret mais somptueux refrain, le titre se nimbe de mystère, renforcé par une vidéo signée Steve Gullick dans laquelle une Poly Jean spectrale face caméra, déclame un texte comme à son habitude réservé aux plus habiles des anglicistes mais dont la beauté poétique n’échappera pourtant à personne.

Si le temps sera long jusqu’au 7 juillet prochain, on imagine avec plaisir que le plan marketing nous dévoilera d’ici peu de temps un ou deux autres singles, quelques dates estivales et une tournée pour la fin d’année. La reine, mystérieuse et magnifique comme jamais, n’a pas du tout l’intention d’abdiquer.

.

Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Mots clés de l'article
, , , , ,
Ecrit par
More from Olivier
Rémi Parson nous prend par Les Sentiments
Il est des artistes dont on reprend des nouvelles à intervalle régulier...
Lire la suite
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *