Frolic Thrills : le mouvement selon Watine

Watine - Cinétique géostationnaireOn ne prend pas si souvent le temps ici comme ailleurs de dire à quel point la musique de Catherine Watine est unique en son genre. Autour de son piano à ailes, Watine fait bouger tout un monde, versant, selon les disques et les envies, dans un travail solitaire et contemplatif, dans un travail poétique et chanté, ou dans une approche plus ouverte et collaborative, où entrent en scène d’autres artistes/chanteurs et des machines venues dire à quoi ressemblera le monde dans mille ans. Watine a sorti à l’automne 2023 un album intitulé Short Series of Arranged Piano que l’on rattachera aisément à la première veine, mais elle continue à exploiter visuellement du moins l’album précédent intitulé Cinétique Géostationnaire qui relevait plutôt de la dernière, celle où la solitude de l’artiste est contaminée par la… technologie.

Est sorti hier un clip (le 3 ou 4ème tiré de cet album) qui accompagne le remarquable morceau Frolic Thrills. Pour les amis des animaux, Frolic ne renvoie pas (non, non) aux célèbres croquettes pour chiens mais veut bien dire « gambader » en anglais (mais c’est bien sûr). C’est ce que donne à voir cette illustration assez fascinante d’un corps (un promeneur, une promeneuse) qui se frotte aux éléments qui constituent le monde. Tout bouge, tout s’ébroue, tout se frotte, tout glisse. Le clip, réalisé par l’artiste elle-même (sans doute pas avec de gros moyens, mais avec pas mal de temps), suit ou précède la musique et ondule sous nos yeux tandis que le piano file une trajectoire sinueuse entre les dimensions. Les cordes synthétiques (?) amènent du charme et de la mélancolie au propos, faisant de ce frisson baladeur un mélange d’éveil au monde et d’inquiétude devant ce qu’on découvre.

On ne conseillera jamais assez d’aller voir sur le Bandcamp de Watine pour faire le rattrapage nécessaire et s’imprégner de cette musique immersive.

On retrouvera ci-dessous, dans un autre style, l’un des clips illustrant un autre des morceaux de l’album, Dont Stand Like A Dummy, réalisé par Renaud de Folleville, et où la voix s’invite comme un mirage…

Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

More from Benjamin Berton
[Les filles font le printemps #3] – Anna of the North, pauvre petite fille triste
Elle ne vient évidemment pas du Nord Pas de Calais mais de...
Lire la suite
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *