Grandaddy = Blu Wav = bluegrass + new wave

Grandaddy - Blu WavOn avait fait un peu la fine bouche avec Last Place, le dernier album en date de Grandaddy. Six ans après, on avoue qu’on ne l’a pas beaucoup réécouté. Le temps file, ce qui ne nous empêche pas de ressentir une excitation de jeune homme à l’annonce d’un retour de Jason Lytle et des siens. Le groupe a perdu Kevin Garcia, son bassiste historique et cofondateur (41 ans), au moment de la sortie de ce cinquième album, ce qui explique peut-être pourquoi Lytle a hésité durant quelques années à y revenir. Il a finalement décidé que Grandaddy n’était pas mort et annoncé un nouveau disque, Blu Wav, qui sortira le 16 février 2024.

Le titre de l’album est la contraction de bluegrass et de new wave et est (selon ce que raconte le communiqué de presse) venu à Lytle un jour qu’il se baladait sur l’autoroute en voiture dans le désert du Nevada alors que la radio passait le standard country Tennessee Waltz de Patti Page, chanson sortie en 1950, plus tard reprise (entre autres) par Leonard Cohen. « Mais c’est bien sûr ! », s’est écrié le leader de Grandaddy, en saisissant sa guitare country, « je vais devenir Bonnie Prince Billy ». Lytle a troqué son skateboard pour une tenue de cowboy et a remis son groupe en piste façon rodéo avec l’idée de prendre une orientation country…. on brode un peu… Le nouveau morceau Watercooler ne propose aucune révolution musicale chez le groupe de Modesto, et s’avère du « Granddady pur jus ». La chanson est élégante, même si elle prend corps dans un environnement pas si familier que ça pour le groupe qui semble être… un bureau…. Le texte suggère en effet une relation (réelle, solide ou fugace) entre un homme et une femme survenue sur le lieu de travail et à proximité d’une fontaine à eau (watercooler). Les deux protagonistes se sont échangés des regards intéressés lorsque la jeune femme venait se chercher un verre d’eau et traversait l’open space. Et c’est maintenant lui qui ne répond plus à ses appels… La situation est presque cocasse et teintée (sous la tristesse) d’un sens du comique que souligne un clip guilleret et qui fait presque penser à une scénette à la Belle and Sebastian. C’est peut-être plus dans ce ton terre à terre et cette inspiration poétique et « près de chez vous » qu’il faut chercher la vraie nouveauté. Le morceau est léger et manque peut-être un poil d’ambition (et d’un refrain plus marquant), mais constitue un single de rentrée attachant et qui ne fait de mal à personne.

On attend la suite pour voir si la promesse country prend corps, avec un mélange de crainte et d’espoir.

Lire aussi :
Grandaddy déclare un excédent de bagages tiré de son album Sumday
Grandaddy / The Sophtware Slump… on a wooden piano
Grandaddy lâche le magnifique RIP Coyote Condo #5
Grandaddy / Last Place

Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Mots clés de l'article
, , , ,
More from Benjamin Berton
We Hate You Please Die / Can’t Wait to Be Fine
[Kids are Lo-fi Records]
On n’avait pas ressenti autant d’excitation devant un album de blancs-becs depuis...
Lire la suite
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *