Interview événement : Al’Tarba lance son cabinet de curiosités

Al'TarbaA l’isolement comme tout le monde et condamné à donner des concerts intimistes dans sa salle à manger plutôt que de tourner avec son compère Swift Guad et leur Musique Classique, le beatmaker, producteur, rappeur, compositeur Al’Tarba a choisi de différer la sortie de son nouvel album solo, pour se lancer dans un projet fou fou fou dont seuls les artistes de génie ont le secret.

A compter du 13 novembre, le Toulousain de Paname sortira chaque semaine, gratuitement et sur youtube, un morceau  issu d’une collaboration avec un autre artiste…. pour une durée indéterminée. Son Cabinet de Curiosités, comme il l’a baptisé, et dont on a pu écouter quelques pièces, démarrera sur un échange en terre pop  inattendu et magnifique avec le beatmaker Mounika. D’autres noms circulent déjà qui laissent présager un rendez-vous hebdo éclectique, électro, punk, trap, rap, à ne surtout pas manquer. Al’Tarba évoque ce nouveau défi mais aussi son quotidien suractif entre travail en solo, collabs, prods et autres joyeusetés. L’homme qui vaut trois milliards du beat hexagonal ne chôme pas et ne craint pas la covid. 

Comment ça se passe pour toi ce nouveau confinement ? Paris, Toulouse ? Tu vis ça où ?  Comment tu t’organises ? 

En ce moment je suis en déplacement pas mal, j’étais a la campagne un moment puis à Paname, Toulouse. Dans chaque endroit j’essaie d’exploiter à fond la manière de taffer qu’ils permettent.. A la campagne je peux avancer en production je suis isolé pas de tentation ou trop de distractions. A Toulouse, je rejoins l’équipe Droogz et Crazy Mother Fucker et on taffe sur des bails ensemble. Récemment on a tourné un clip qui devrait pas tarder à arriver.. A Paris on a retaffé sur l’extension de l’album avec Swift qui a pris un peu de retard mais qui est toujours d’actualité…

L’année aura été bizarre. Pas de concerts. On pensait vous voir un peu avec la Droogz Brigade ? Avec Swift Guad ? C’était quoi ton dernier concert en date finalement ? 

La tournée de l’album avec Swift s’est pris le covid en pleine gueule, hop la release party, des dizaines de dates calées et bis covid.. On a réussi à faire deux dates en mode assis quand ça s’est « calmé » et puis bis reconfinement.. . pour l’instant on est évidemment dans le flou, mais comme tout le monde en ce moment..

Le point positif, je suppose, c’est que tu as dû avancer sur pas mal de choses. Des prods, des prods, encore des prods. Certains artistes ont été « à sec » parce qu’ils n’avaient plus trop envie de bosser ou de créer des choses. Parce que c’était compliqué. Cela n’a pas été ton cas ?

J’ai pu grave avancer sur mon prochain album solo la fin des contes mais je vais devoir le coffrer quelque temps sans rien sortir, peut-être pour un an. Il faut que j’attende de pouvoir refaire des dates avec car en indé un album où tu ne fais pas de tournée…  ça revient à travailler pour zéro salaire presque… Disons que la vente de disques à mon niveau est un revenu mais pas le principal…  et puis c’est un album qui a vocation à être défendu sur scène donc pour l’instant je vais attendre, peaufiner l’album, quand ce sera le moment préparer un live en prenant mon temps, ça sera surmené la première fois que je vais monter tout seul sur scène donc bon je vais essayer de faire ça carré…

De là s’est posée la question « qu’est ce que je vais faire pendant un an? ». A côté, il y a aussi une dizaine de titres inédits qu’on devait sortir avec Swift, on a choisi d’attendre un peu …  L’idée était de pousser plus loin le délire de Musique classique, les titres constituent un projet plus spontané mais avec un son plus sec et ténébreux, un espace d’hybride entre le son de Mobb deep à l’ancienne, de la UK drill pour ses basses et son son crasseux et un hommage aux prods de 45 scientific et Fred le magicien de l’époque..

Et puis je me suis dit pourquoi pas proposer un inédit par semaine d’ici la sortie de l’album, une espèce de rendez-vous hebdomadaire, sur lequel je tafferai les sons avec plein d’autre beatmakers dans des échanges de pistes d’idées etc pour donner des morceaux hybrides de nos styles. C’est comme ça qu’est née l’idée du « cabinet des curiosités »..

J’adore cette expression de « cabinet de curiosités » ? Les premiers sont du XVIIème siècle, je crois. C’était des sortes de collection hétéroclite de trucs, un peu scientifiques, un peu artistiques, par des fous de collections : tu pouvais avoir des poteries, des antiquités, des insectes, des tableaux. Ca te correspond à fond non cette notion ? 

En fait oui c’est exactement ça pour ta définition du cabinet des curiosités… je crois que gamin j’avais vu ça dans une bande dessinée, Les Contes de la Crypte, un mec entre dans un cabinet du genre qui renferme plein de bizarreries et achète une main de gorille. J’vais pas spoiler la suite mais ça finit mal pour lui ahah imagine la chose de la famille Addams sauf qu’elle peut te broyer le crâne comme un casse noix géant ahah !

 Et donc oui l’idée est de miser à fond sur l’éclectisme, moi perso dans la même journée j’peux écouter un son de uk drill genre Headie One ou Bandokay, un vieux ODB avec Shorty Shit Stain, un ska du label Trojan Records ou un disque de punk ou un breakcore de Venitian Snares sans problème.. Ca va se ressentir dans ma démarche : surprendre et proposer plein de délires différents. La première surprise ce sera de découvrir les gens avec qui j’ai taffés… Je vais pas encore balancer les blases mais la liste est longue et surprenante! A la manière d’un cabinet des curiosités proposant mille et un objets différents mais tous singuliers! En gros tu vas avoir d’la pâte de gorille, du mobilier hanté, des aquarelles émouvantes ou des trucs bizarres dans des bocaux de formol… chaque semaine ce sera la surprise!

Tu vas être sur un titre par semaine pendant… une année complète ? Ca fait une cinquantaine de trucs ? Tu t’es engagé là-dedans tout seul ou tu as perdu un pari ???

 J’ai déjà pas mal de titres commencés, mais au moins sur quelques mois ouais. Après, avec les aléas de la vie j’exclus pas que certaines semaines sautent, et aussi c’est beaucoup de taff car il faut penser au visuel, gérer les collabs c’est souvent relancer les gens, échanger partager des idées, recommencer etc… mais oui l’idée serait de tenir jusqu’à la sortie du premier single de mon album solo!

Est-ce que ce sera gratuit ou est-ce que tu as prévu quelque chose pour rentabiliser un peu la chose : des CD tous les 3 mois par exemple, un abonnement bandcamp, je ne sais pas.

Je pense qu’à la fin on fera une idée spéciale avec une belle pochette en vinyle des sons que les gens ont préférés ! On en parle avec IOT Records du moins!

J’ai le souvenir que le Wedding Present avait fait ça il y a longtemps dans le champ rock. Ils faisaient un titre par mois et les rassemblaient à la fin en EP, puis LP. Est-ce qu’il y avait des références d’aventures semblables dans le champ hip-hop qui t’ont inspiré ?

Je pense que la démarche a déjà été fait dans le rap aussi c’est sûr. Je n’ai rien inventé! En fait à l’époque de Lullabies for insomniacs, pour ceux qui s’en souviennent, j’avais fait ça : sortir un son inédit par semaine pendant des mois et ça avait donné Lullabies a la fin!

Concrètement, ça va démarrer comment ? Les premiers artistes avec lesquels tu bosses tu peux nous les citer ? 

Je vais les annoncer sur ma page au fur et à mesure, en prenant le soin chaque semaine de bien les présenter avant que le son sorte!

Combien tu as de morceaux d’avance et comment tu procèdes ? Est-ce que tu as contacté des gens que tu connaissais ou approché aussi des gens que tu ne connais pas ?

J’ai environ 7 tracks d’avance, et en tout une quinzaine de sons commencés! Et il y a des connections inédites dans ce qui va arriver!

Je suppose qu’en communiquant sur le projet, il y aura aussi des personnes qui vont te contacter. C’est quelque chose qui t’intéresse… qu’il y ait des gens qui te proposent des choses ?

Alors je dois déjà gérer toutes les collabs commencées. Ensuite je recontacterai du monde, amis déjà…là il y a du boulot et il ne faut pas que je me laisse trop dépasser non plus. Et puis dis toi qu’à côté de je dois aussi continuer à taffer mon album, le projet avec Swift Partitions oubliées et des sons avec Droogz, plus des sons que j’ai produits pour d’autre gens..

Est-ce qu’il y a un « cahier des charges » quand tu bosses avec quelqu’un ? Tu envoies du son ou vous partez d’une page blanche ? 

En général on doit partir d’une idée, d’une direction commune. Moi ou la personne envoyons quelques pistes, une bribe d’idée puis à partir de là on rajoute chacun notre tour des sons, on échange des idées.  L’important c’est que les sons aient une direction, une identité, et que les deux intervenants, parfois plus, s’y retrouvent à la fin quand le morceau sort…  Ca s’est fait à distance mais parfois aussi en studio ensemble. Avec le reconfinement, ça complique les choses pour cette seconde option!

Le truc qui m’angoisserait, c’est de ne pas avoir assez de morceaux d’avance ou d’avoir à passer des trucs un peu bof…. Est-ce que tu fais un contrôle qualité ? Est-ce qu’il y a des choses que tu ne passeras parce que la collab ne fonctionne pas ? 

Pour l’instant je suis content de chaque morceau. Les ambiances sont si différentes parfois que certains dans le public ne se retrouveront pas forcément dans tout. Je sais que j’ai aussi une partie des gens qui me suivent qui captent bien ce délire que j’ai depuis le début que je taffe. Passer de trucs enfantins à des truc super sombres, de son boom bap à des trucs plus chépers, de grosse trap à son boom bap, parfois hybrider tout ça.. J’ai vraiment besoin d’éclectisme et de capter plein de délires différents dans la zik, sinon je m’ennuie vite.. Certains trouveront tel ou tel son trop doux, d’autres trop violents, d’autres trop electro… A  vrai dire je me pose plus la question de mettre tout le monde d’accord, tant que derrière il y a quelques chose qui se passe, des émotions transmises, quelles qu’elles soient, vamos!

Généralement, sur ces initiatives, le truc des journalistes, c’est de savoir s’il y a des gens qui t’ont envoyé bouler, s’il y aura des grands noms sur ta liste, s’il y a des gens intouchables à qui tu en as parlé ? Tu as des messages à faire passer ? C’est quoi l’état d’esprit ? Tu n’as pas peur parfois que les gens disent non ? Fais un peu de name-dropping là ! Il y aura qui alors ?

Désolé je ne me sens pas trop d’y répondre pour le moment. On pourra faire une interview à la fin du projet (rires) ?

Je te mets quelques noms et tu me dis si je peux les contacter pour toi ? MHD, Wejdene, RZA, Romeo Elvis, Fuzati, De La Soul, Aim, Jul, Sleaford Mods ? Fais gaffe, j’en connais vraiment certains.

Tu connais Sleaford mods ?

Est-ce que tu es prêt à aller sur des gros crossovers ? Aller chercher des gars qui font du rock indé, de la soul, je ne sais pas des trucs carrément classiques ?

Oui je suis chaud pour tout !

Bon allez, on s’en tient là. Rendez-vous le 13 novembre c’est ça ? Est-ce que ce sera toujours à la même heure, la mise en ligne ?

Ahah je sais pas encore mais oui rdv le 13 novembre je pense à midi je balancerai le lien YouTube! Il y aura à chaque fois des visuels différents pensés pour le son. A chaque fois, ça aussi c’est un délire ahah!

 Big up !

Les infos sur le groupe facebook dédié au projet Cabinet de Curiosités.

Illustration : Kyesone

close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.
En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.
Mots-clés de cet article
, , , ,
Ecrits aussi par Benjamin Berton

Chanson du Mois : Billy Childish n’aime pas grand monde (The William LoveDay Intention)

Les grands morceaux débarquent parfois sans prévenir. Dire qu’on attendait plus grand...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *