Les idées (pas si) roses de Louïse Papier

Louïse Papier - Les idées rosesDès sa création, Music From The Masses, le label du disquaire brestois Bad Seeds avait pour ambition de soutenir la scène locale et plus particulièrement ses plus jeunes pousses. S’il s’est éloigné petit à petit de cet objectif, soit en sortant de plus si jeunes pousses ou soit en sortant de Bretagne pour en solliciter d’autres moins locales, il renoue avec ce premier EP de Louïse Papier, Les Idées Roses, avec cette idée de base toute simple de faire vivre son ancrage local. Active sur la scène électro brestoise, Blanche Leblond de son vrai nom n’est pas non plus complétement inconnue des habitués du label puisqu’elle donne la réplique à Lesneu sur trois titres de son dernier album Ce Qui Ne Vient Jamais Vraiment dont le splendide Tes Yeux.

Pas étonnant alors de retrouver pour ce premier essai pop, trainant dans les parages, Victor Gobbé qui file un petit coup de main à la technique ou à la batterie, essayant de ne pas trop interférer dans un univers que l’on rapprocherait facilement du sien. Difficile d’y résister cependant car ce qui frappe à la découverte de l’univers de Louïse Papier, c’est cette présence vocale qui s’impose avec beaucoup de prestance et de majestuosité qui ne va pas sans rappeler celle de Victoria Legrand sans laquelle Beach House ne serait sans doute pas autant cité comme une influence majeure de la plupart des jeunes groupes actuels ; dont Lesneu.

Revendiquant son côté vintage à coup de beats cheaps et de claviers minimaux, le EP révèle des idées pas si roses que Louïse Papier égrène avec un spleen touchant sur des airs de fêtes tristes (Nobody ou le mutique Spring Morning) ou de synthwave un peu sombre sur les très réussis Spark Again ou Rescue Me. L’approche en français sur Les Idées Roses s’avère immédiatement convaincante et ne va pas sans rappeler un autre duo franco-américain, Slowdance, au destin brisé comme une rupture amoureuse malgré les promesses enivrantes d’un single qui frisait la perfection. C’est enfin sur un autre destin quelque peu tragique que s’achève en cachette le EP par une reprise surprenante, glaciale et sombre d’un hymne teenager de la fin des années 1990.

Assurément, la jeune pousse n’a rien d’une mauvaise graine et on lui souhaite de bien pousser à l’abri des vents contraires, d’ancrer solidement ses racines et de confirmer un de ces jours toutes ces belles promesses.

Les Idées Roses est d’ores et déjà disponible en digital, prochainement en streaming et à la rentrée en cassette.

Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Ecrit par
More from Olivier
Home, sweet home, ou le Teenage Fanclub dans ses petits chaussons
On s’en doutait, Gerard Love l’avait bien dit : son départ du Teenage...
Lire la suite
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *