Morrissey et Bowie du temps des Tyrannosaures

David Bowie / Morrissey - Cosmic DancerSans doute est-ce faire la fine bouche de dire qu’on préfère de beaucoup les versions du Cosmic Dancer de T-Rex interprétées par Morrissey en solo plutôt que celle qui s’affiche aujourd’hui en EP et sortie numérique qu’il interprète en duo, en 1991, à Los Angeles avec David Bowie.  A l’époque, les deux monstres sacrés de la pop britannique entretiennent une relation filiale et d’admiration du cadet envers l’aîné qui prend racine dans l’adolescence du Moz. En rejoignant l’ancien leader de The Smiths sur la scène du Inglewood Forum de Los Angeles, Bowie rend hommage à un chanteur qui est en train d’exploser (ou du moins en donne l’impression) sur le territoire américain. Bowie est à l’époque dans le creux de la vague. Never Let Me Down est sorti quelques années auparavant et ne fait pas partie de ses meilleurs disques. Il enchaînera avec un Black Tie White Noise aussi peu intéressant et agrémenté d’une hideuse reprise de Morrissey, d’ailleurs, I Know It’s Gonna Happen Someday, droit venue du majestueux et rockabilly Your Arsenal (1992).

En 1991, donc, c’est presque autant Bowie qui vient se montrer en compagnie du chanteur qui monte qui monte que l’inverse… Le choix du titre repris, pour le coup, n’est pas un hasard. Cosmic Dancer figure sur Electric Warrior, album clé d’un Marc Bolan qui aura été un immense ami de Bowie (même si leur relation aura été marquée par la jalousie et une forme de négligence de Bowie envers le poète) et figure parmi les héros de Morrissey. Le titre est romantique et morbide à souhait avec son refrain mélodramatique magnifique et la théâtralisation qu’il permet.

I danced myself into the tomb
I danced myself into the tomb
Is it strange to dance so soon?
I danced myself into the tomb. 

La version préfigure l’attelage qui s’embarquera quelques années plus tard pour le Outside Tour (1996). Cette fois, les deux hommes font alliance. Bowie a de nouveau le vent en poupe et emmène Morrissey à demi enamouré dans sa valise de tournée… mais celui-ci qui accuse une baisse de notoriété après la sortie de son pourtant chouette album Southpaw Grammar n’en veut plus. Après quelques concerts où les deux hommes font bande à part, Morrissey prétexte des problèmes de santé et disparaît. La caravane n’atteindra jamais la France laissant à Bercy notamment la place à une première et deuxième partie constituée par… Electrafixion (le groupe de Ian Mc Culloch) et Placebo. Mais c’est une autre histoire.

S’en suit une vraie brouille durable et quelques éléments de friction au fil des ans comme le refus en 2013 de Bowie d’autoriser Morrissey à utiliser une photo d’eux deux pour illustrer un single. The Last of The Famous International Playboys finira avec… Rick Astley en cover star. Après la mort de Bowie, Morrissey lui rendra tout de même hommage puis vendra à 200 euros quelques uns de ses disques (ceux de Bowie) dédicacés par ses soins à ses concerts….

Rendez-vous manqué ou non… à vous d’en juger. A noter qu’en février, le morceau fera l’objet d’une sortie en vinyle avec en face B, une reprise du That’s Entertainment de Paul Weller. On reviendra peut-être à cette occasion sur la relation difficile (mais par presse interposée) entre l’ancien leader de The Jam et Morrissey….

close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.
En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.
Ecrits aussi par Benjamin Berton

Chanson du Mois : Billy Childish n’aime pas grand monde (The William LoveDay Intention)

Les grands morceaux débarquent parfois sans prévenir. Dire qu’on attendait plus grand...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *