Noir Désir / Bashung : rencontre au (bas) sommet d’une intégrale à venir

Noir Désir - Bashung - ImbécileIl n’y a pas grand chose à sauver de ce titre signé de Boris Bergman et Alain Bashung : l’interprétation surjouée de Cantat laisse à désirer et les sursauts rock du morceau dissimulent assez mal la faiblesse globale d’un titre tiré de l’album Figure Imposée (1983), clairement pas notre préféré et qui fit un four à sa sortie. Le titre a été enregistré en même temps que le morceau officiel Volontaire pour l’album Climax. Deux titres avaient été tentés et seul Volontaire avait été retenu au final. Aujourd’hui (histoire d’amortir le truc deux fois), la chanson bénéficie d’une sortie en maxi vinyle à 13 euros en série limitée (3 titres donc avec l’ajout de Aucun Express) en avance de phase du maousse coffret de Noël annoncé. Ce EP est disponible uniquement à la Fnac si on a bien compris.

Car oui, le groupe bordelais a enfin bouclé l’intégrale dont on parlait depuis des années et dont les fans rêvaient depuis un moment. Ce sera pour le 4 décembre et pour les fêtes. Noir Désir Intégrale, le coffret sobrement baptisé, s’annonce assez grandiose et regroupera tout ce que le groupe a pu proposer de son vivant ou presque. La publicité promet plus de 200 titres correspondant aux 7 albums studio officiels du groupe, deux lives, des DVD et surtout 7 CDs de bonus avec un live inédit de 1991 à l’Elysée Montmartre, des raretés, démos, chutes de studios et autres sucreries acoustiques. Cela donne approximativement 18 CDs plus les DVDs pour un prix assez raisonnable de 89 euros et quelques (ajoutez les frais de port tout de même pour Amazon….). L’ensemble est décliné dans un très beau rouge et noir design et agrémenté d’un livret souple de 48 pages reprenant (on décline toujours la publicité officielle) des photos inédites issues des archives du groupe.

Est-ce que l’oeuvre du meilleur groupe français de tous les temps résistera bien à une réécoute de ce type ? Est-ce que ce coffret permettra d’autoriser à nouveau les déclarations d’amour envers un groupe qui a évidemment pâti du comportement meurtrier de son leader ? On avait lancé le bal en parlant il y a quelques mois de Tostaky. On est à peu près certains qu’il y aura beaucoup de pertes dans ce coffret, de choses qu’on n’arrivera pas à réécouter trop souvent. Mais Noir Désir méritait clairement ce travail quand le moindre sous-groupe britannique (Menswear dernièrement) a droit Outre-Manche à ce traitement royal. Bashung, lui, y avait eu droit l’an dernier. Il doit rester à la vente des exemplaires de son Immortel Intégrale de 2019… laquelle ne démarrait pourtant qu’en 1977 (soit une petite dizaine d’années après ses débuts officiels). Mais c’est une autre histoire.

close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Ecrits aussi par Benjamin Berton

Colver, le groupe belge qui peut sauver l’été

Présenté par son label comme un petit groupe indé, Colver a des...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *