La Playlist Qui Vote Bien : Inspirer, souffler, pousser pour mieux voter

Elections législatives 2024Vingt-deux rappeurs français se sont associés ces jours-ci pour signer un immonde rap anti-FN intitulé No Pasaran. Le titre est une horreur, mal fichu et surtout au message embué par des couplets surréalistes et d’une débilité profonde qui suffisent à eux seuls à ruiner des décennies d’initiatives musicales anti-racistes ou socialement critiques. Histoire de ne pas désespérer des chansons « engagées » ou simplement porteuses d’un sens social, on a voulu sortir de la playlist anti-FN pour s’offrir une playlist acide, joyeuse, fraternelle, réaliste, progressiste, qui mettait en avant la diversité à l’œuvre dans le rock, le rap ou la chanson française à travers les âges. Entre la grande chanson historique (Léo Ferré), les rappeurs incendiaires, le commentaire social (Vîrus), ou les chansons qui sentent bon le métissage, la Playlist  Qui Vote Bien rappelle à quelques jours d’un scrutin majeur que la France est un beau pays, qui s’est fait avant tout avec tous les gens qui s’y trouvaient et voulaient bien croire en leur destin commun.

1. Chevalien – Bleu Blanc Blood (2018)

Le clip a été tourné en 2018 après la victoire de la France en Coupe du Monde. Entre la joie et le chaos, le Bleu Blanc Blood de Chevalien est une chanson brûlot qui fait un sort (complexe) au Bleu Blanc Beur de 1998. Qu’est-ce qui a changé en vingt ans ? Pourquoi est-ce que les voitures brûlent quand on gagne et brûlent aussi quand on perd ? Cette France est celle qu’on habite aujourd’hui, probablement plus violente, fracassée, à deux doigts de l’effondrement mais rassemblée et tenue ensemble par un fil…

2. Virus – Maison Brûlée (prod. Al’Tarba)

On reviendra peut-être sur cet album du rappeur Virus, l’un des plus grands paroliers français du genre depuis un bail. Le Normand est ici mis en son par Al’Tarba sur son dernier disque Nycthémère. C’est de la bonne poésie, réaliste, sociale et qui fait réfléchir.

« le père a travaillé dès ses quatorze ans,
la mère a dû attendre le deuxième enfant,
le deuxième enfant n’est qu’un jouet pour le plus grand,
le deuxième enfant déclenche le déménagement…

d’un bâtiment au lotissement périurbain qui, vu de haut,
ressemble à un cimetière américain, non loin d’un p’tit ruisseau
y’a un jardin pour les enfants, y’a une forêt pour les homos
y’a moins de boulot mais y’a des autocars qui vont jusqu’à Renault
et l’avantage, c’est que le CE propose des départs en colo
ce qui fait des vacances aux parents et un prolo hors de l’enclos
on peut y faire de l’optimist ; les temps sont durs, l’étang s’ondule
on fera une mare de nos sanglots et tant pis si la maison brûle… »

Cela ne dit pas pour qui voter mais cela permet de regarder la France dans les yeux.

3. Noir Désir – Tostaky (1992)

On a déjà pas mal écrit sur Tostaky. Il est généralement admis que dans le répertoire du groupe la chanson la plus « à gauche » et anti-XX est plutôt Un Jour En France, mais pour des raisons personnelles (le lyrisme, l’amplitude, la vitesse d’exécution du groupe), on a toujours pensé que Tostaky lui était bien supérieure, plus d’impact, plus de force. C’est une chanson qui respire l’engagement, la liberté mais aussi le danger, la menace, le courage.

4. Katerine – Marine Le Pen / 20.04.2005 (2005)

On est pas d’immenses fans du Katerine de cette époque là  mais cette variation libre et fantastique sur sa (vraie) rencontre furtive avec Marine Le Pen est plutôt amusante et dans l’esprit joueur et irrévérencieux de son disque Robots Après Tout. C’est idiot mais bien fait.

4. Gontard – Reset (2023)

Il y a d’autres morceaux chez Gontard qui auraient pu faire l’affaire, mais il était important de revenir sur cette idée, que l’on retrouve à la toute fin de son magnifique 2032 (c’est demain), d’un Reset culturel et quasi civilisationnel. Ce mois de juillet (sans en faire trop) est peut-être à défaut d’un de ces points de retournement qui viennent avec les vraies révolutions, un point d’inflexion de quelque chose, voire des six ou sept décennies qui ont précédé…. Il y a des Reset désastreux, chaotiques et catastrophiques mais aussi des Reset heureux. C’est ce que rappelle un Gontard ambivalent mais inspiré par le sujet, avec ce titre fabuleux.

5. Morrissey – The National Front Disco (1992)

Titre faussement polémique d’un Morrissey en état de grâce sur un Your Arsenal, musclé, rockab et qui compte parmi les grands disques de sa discographie, The National Front Disco n’est pas un morceau raciste mais un morceau qui décrit (certes avec un brin de fascination) la psyché d’un jeune homme (romantique) attiré par l’imagerie et l’immédiateté, la virilité et le rapport de forces attachés aux extrêmes. Morrissey se met à la place de ses parents et respire aussi comme s’il avait quelques années de moi et cherchait à renforcer la table, l’ordre établi mais aussi à évacuer de la frustration et des forces que l’ennui et la perte de sens exacerbent.

6. Saez – Fils de France (2002)

La date trahit le contexte. Il y a plus subtil, il y a mieux écrit, mais pas sûr qu’il y ait beaucoup plus fort et plus direct. On n’est pas d’immenses fans de Saez mais dans le genre, « j’y vais franco » et je ne freine pas dans les virages, Fils de France dit ce qu’il dit.

7. Projet Niofar (2022)

L’album s’appelle Melting Potes. Ce n’est pas un disque militant mais juste un beau mélange d’hommes, jeunes majoritairement, de voix et de sons, qui renvoie à tout ce qu’il y a de meilleur en l’homme. Le disque est issu de la collaboration entre des musiciens sénégalais et français et a été enregistré au Sénégal en une dizaine de jours à peine. Au final, c’est surtout de l’excellente musique, profondément française, une musique qui a des valeurs.

8. Mega Reefer Scratch – Bonto Partner (1993)

On peut tenir ce super groupe dans lequel évoluait le futur Kid Loco, pour l’un des précurseurs des musiques « mélangées » en France. On y retrouve des membres de The Brigades et de Nuclear Device mais surtout un creuset fabuleux de soul, de funk, de rap/hip-hop, de rock et d’electro qui est quasiment resté inédit dans le paysage français (on aurait pu amener un morceau de la Mano Negra). Le groupe signe un unique album en 1991, Honky Soul Times, qui est une tentative (à demie réussie et à demie ratée) d’album total. L’esprit français au service de l’universalisme. Embrasser le grand tout de la pensée, qui se danse et se fête.

9. Les Négresses Vertes – Famille Heureuse (1991)

Pas très loin de la chanson précédente (on navigue dans les mêmes eaux sociales, punk, post-punk qui devient le rock alternatif français), Les Négresses Vertes signent avec Famille Heureuse une description réaliste des familles nombreuses « de banlieue ». C’est joyeux, plein de vie, au point qu’on en oublierait presque la représentation des « classes dangereuses » qui a fini par prédominer. C’était et c’est sans doute encore ça quelque part aujourd’hui.

10 – Billy Bragg et Wilco – All You Fascists (2000)

Sur leur album commun de 2000, Mermaid Avenue Vol II, il y a cette chanson gros sabots qui sonne bien avec son entame transparente :

I’m gonna tell all you fascists, you may be surprised
People all over this world are getting organized
You’re bound to lose
You fascists are bound to lose
Race hatred cannot stop us, this one thing I know
Poll tax and Jim Crow and greed have got to go
You’re bound to lose
You fascists are bound to lose

qui sonne un peu comme le Born To Lose de Johnny Thunders.

11. Léo Ferré – Salut, Beatnik ! (1967)

Il y a plus frontal mais on aime cette liberté là, cette défiance dans les mots et l’intonation de Léo Ferré.

Salut, beatnik !

Et c’est la vie qui va et les politiques-chiottes
De la droite et d’ la gauche et de la sainte parlotte
Tout ça, ça va trinquer à la santé, petit
Et d’ la France et du Monde et des ordures aussi

12. Qu’il est bon d’être libre (1936)

Front Populaire ? Vous avez dit Front Populaire ?

13. Yudimah – Way Out (2022)

Yudimah pourrait être l’un des chanteurs emblématiques de la nouvelle génération française. On ne l’a pas assez entendu. Il chante en anglais mais pas que. Il pense en français surtout et cela s’entend ici, dans ce Way Out magnifique.

Lire aussi :
Playlist JO 2024 : Olympics ou quand la fête tourne au cauchemar
Playlist des Meilleures Chansons de grenouilles
Playlist « Alter Saint-Valentin » : la sélection qui célèbre l’amour autrement
Playlist pour Tueurs solitaires et Serial Killers
15 albums pour un été érotique

Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

More from Benjamin Berton
The Ever After : nouveau single des orfèvres pop de Marble Sounds
Oubliez Belle and Sebastian. Ou alors souvenez vous de la période où...
Lire la suite
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *