Pour Pâques, du rab de Chocolat… sur scène

Chocolat par Audrey CanuelAvec un tel nom, difficile de ne pas céder à la métaphore cacaoesque : Chocolat par-ci, Chocolat par-là. Tout est bon dans le Chocolat, le groupe canadien qui se déguste au petit-déjeuner, en dessert ou alors en gros lapin décoré. Cette année, pour nous les Français, ce sera Chocolat d’avril, en poissons ou en cloches, avec ce qui s’annonce comme l’une des tournées hexagonales les plus sympathiques de ce mois d’avril, constituée (pour l’heure) de rien moins que 11 dates.

Porte-flambeau déjanté de la galaxie cosmo-psyché prog rock, Chocolat est organisé autour de son fondateur Jimmy Hunt, personnage assez insaisissable qui ressemble au croisement entre Bob Dylan, Elvis Presley et Robert Charlebois. Capable de collaborer avec (l’atroce) Cœur de Pirate ou de livrer des chansons endiablées à base de guitares, d’effets fuzz et d’harmonica, le Chocolat de Hunt est l’un des groupes rock francophones les plus surprenants du pays de C’line.

Un peu garage, un peu folk, un peu chanson, le groupe évolue dans un registre difficile à caractériser mais qui emporte tout sur son passage. La voix est enfouie sur un tapis d’effets qui la changent parfois en un brouet synthétique et peu commun. Entre une version anémiée et bien polie du Terminal Cheesecake et une parodie chevelue de Johnny Cash, on n’a jamais su s’il fallait prendre ce groupe au sérieux ou pas. (probable que non). Sur scène, le groupe est précédé d’une excellente réputation et est annoncé comme une tornade. Leur précédent album Tss Tss était sorti il y a trois ans. Les Chocolat sont revenus aux affaires (dans un line-up proche de leur formation originelle)avec Rencontrer Looloo, sorti en fin d’année dernière et qu’on peut trouver sur Bandcamp (Tss Tss était hébergé par Born Bad Records).

Plus énergique que le précédent, tout en guitares et en effets, l’album est probablement le plus dingue sorti par le groupe. Looloo est un demi-dieu (imaginaire et drogué) à la recherche duquel les chansons sont lancées une à une. Le débit est vif. Il faut aimer les guitares psychédéliques et les années 70 pour s’y retrouver mais il y a ici une bonhomie et une vitalité qui font plaisir à voir, à l’image du clip génial qui accompagne Ah Ouin. Entre montées de sève et descentes hallucinogènes planantes, on peut se laisser embarquer dans un voyage old school où l’on croise la dépouille chargée de Led Zep ou d’Iron Maiden, le fantôme sous influence d’Arthur Lee à la sortie du mitard.

Chocolat se consomme en infusion, en gâteau de l’espace ou alors en tablettes. On peut le glisser sous la langue, le laisser fondre ou le croquer à pleines dents de lait.

Une bonne nouvelle n’arrivant jamais seule, on propose quelques places à gagner pour le concert du groupe à Clermont-Ferrand le 14 avril prochain à Le Baraka Club (voir la tournée complète).  Il suffit juste de déclarer votre amour au groupe dans les commentaires de cet article. Les deux gagnants seront tirés au sort.

Crédit photo : Audrey Canuel.

Chocolat – Rencontrer Looloo

Ecrits aussi par Benjamin Berton

Human Don’t Be Angry / Guitar Variations
[Around7Corners Records]

Entamée comme une expérience nostalgique et poétique tournée vers la musique des...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *